Feuille de route (suite)

Le problème avec les maximes de sagesse, c’est qu’on finit par les détester lorsqu’on constate qu’on n’arrive pas à les suivre sur la durée parce qu’il est devenu impossible de se couper du flux médiatique global. Un reportage sur les conditions de vie dans les zones contaminées et non évacuées autour de la centrale de Fukushima suffit à anéantir tous les efforts. La « parfaite indifférence » semble hors d’atteinte.

Cet article, publié dans messages personnels, Posts, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s