La vie mystérieuse des images

somanoAugustin Victor Casasola, Fortino Sámano moments before his execution, 1916 (source)

Fortino Sámano était un lieutenant d’Emiliano Zapata et un faux-monnayeur : deux motifs qui ont dû le conduire contre ce mur, face au peloton d’exécution des troupes fédérales. Avant que les soldats appuient sur leur gâchette, il a exigé de n’avoir ni les yeux bandés ni les mains entravées et de pouvoir fumer un dernier cigare. J’appelle ça avoir du style jusqu’au bout (et accessoirement rendre la tâche plus difficile aux bourreaux).  

Publicités
Cet article, publié dans Journal, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour La vie mystérieuse des images

  1. Sophie K. dit :

    Sacrément courageux de regarder ses bourreaux dans les yeux en rigolant… « Cool » suprême, au fond.

  2. CurrrziO dit :

    Si ce genre de bonshommes bigger than life et la période de folie de la révolucion mexicaine vous intéressent, je ne saurais trop que vous conseiller la lecture des « Amis de Pacho Villa » (lu une 15aine d’années) et « Le Mexique insurgé », assez grandiose, de John Reed.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s