Sunday song

Publié dans songs | Laisser un commentaire

Charles Bukowski à la radio

La poésie de Bukowski sous l’angle de la traduction, avec Philippe Garnier et Romain Monnery à l’occasion de la publication d’un recueil de poèmes inédits, Tempête pour les morts et les vivants. Une émission à écouter ici.

Publié dans livres | Tagué , , | 1 commentaire

vu

Fargo, saison 3

Ce n’est pas le ratage intégral, ce qui aurait eu le mérite de me faire arrêter au bout de quelques épisodes. C’est pire. Tous les ingrédients sont là mais la sauce ne prend pas. La seule chose qui vous accroche vraiment, ce sont les scènes d’action. Le reste génère au mieux une douce forme d’ennui. Pourtant, c’est bien filmé, les acteurs sont bons et, sur le papier, cette histoire de méchant qui prend le pouvoir dans une entreprise familiale prospère sur fond de rivalité entre deux frères n’est pas pire qu’une autre. Problème : les personnages manquent d’épaisseur et, osons le mot, d’âme. Qu’ils finissent égorgés ou avec une balle dans la tête nous laisse indifférents. Comme quoi il ne suffit pas de remplir un cahier des charges pour captiver le spectateur.

Publié dans Posts | Tagué , , | Laisser un commentaire

Alain Dister (3)

Où l’on croise un gourou qui a peut-être servi de modèle pour Mr Natural, le chanteur Country Joe avant le fameux F.U.C.K. de Woodstock et une belle cycliste venue opportunément rappeler que certains hippies savaient aussi être chics.

Publié dans photographie | Tagué , | Laisser un commentaire

Lu

Nous avons tous besoin à certains moments de nous plonger dans une histoire « à la Simenon », avec des personnages qu’on peut croiser en vrai dans n’importe quelle petite ville, des conflits de famille, des jalousies rances, de la violence sexuelle rentrée sous des dehors de province endormie et de lourds secrets qui trainent dans les placards. Pas de digression ou de longues description : la lecture du roman doit pouvoir être expédiée en un week-end, siestes comprises. On appréciera particulièrement une écriture sèche, sans la moindre trace de psychologie et allant à l’essentiel : gestes, déplacements, actions, décors. Le tout dans une ambiance tendue où on sent venir le drame. Devinez quoi ? On trouve tout ça chez Ravey.

Yves Ravey, Un notaire peu ordinaire (Minuit)

Hommage : un entretien avec Robert Frank lors de l’exposition au Jeu de Paume ten years ago.

Sur Robert Frank et les Stones, un ancien billet ici.

Publié dans livres, photographie | Tagué , | 8 commentaires

Avec Hardellet

Une émission où il est question de l’imagination, de la ville dans la ville, des fêtes interdites et aussi de ce qu’il y a derrière un arbre. Entrez dans le monde poétique de l’écrivain, un univers nostalgique comme le bal chez Temporel, à la fois lointain et très proche. On y accède par des passages secrets qu’ouvrent les rêveries. « Le but à atteindre est non de raconter une histoire mais de procurer au lecteur cet état affectif dont je vous ai parlé et qui constitue la clé même de la poésie, selon moi il va sans dire. » Extrait d’une lettre de l’écrivain.

Publié dans livres | Tagué , | Laisser un commentaire

APPEL CONTRE L’ÉLEVAGE INTENSIF

Nous, citoyennes, citoyens, organisations, conscients des enjeux éthiques, environnementaux, sanitaires et sociaux, ne voulons plus des élevages intensifs et industriels qui confinent les animaux dans des bâtiments fermés, dans des cages, dans des bassins en béton, les forçant à vivre dans des conditions de promiscuité extrêmes.

Nous ne voulons plus d’élevages intensifs non respectueux de l’environnement, fortement émetteurs de gaz à effet de serre, producteurs d’algues vertes et de pluies acides.

Nous ne voulons plus d’élevages intensifs destructeurs de la biodiversité, acteurs de la déforestation.

Nous ne voulons plus de ce système, soutenu par l’argent public, ennemi de l’intérêt général. Un système qui impose des conditions de travail éprouvantes, aliénantes et risquées, où les agriculteurs se suicident davantage que dans toute autre catégorie socioprofessionnelle.

Nous ne voulons plus des élevages intensifs qui favorisent l’antibiorésistance et l’émergence de nouveaux agents pathogènes extrêmement dangereux.

Nous ne voulons plus d’un système spéculatif créant des déséquilibres sociaux et économiques dans de nombreuses régions du monde.

Nous ne voulons plus d’un modèle alimentaire fortement carné et lacté qui sous-tend ces modes de production et qui met en danger notre santé.

Élus, responsables politiques, nous n’en pouvons plus, au mieux de votre immobilisme, au pire – et plus souvent – de votre soutien actif au lobby de l’élevage intensif.

L’urgence éthique, climatique, environnementale, sanitaire et sociale impose d’engager notre pays dans une transition agricole et alimentaire : nous devons nous diriger rapidement vers une consommation essentiellement végétale, durable, saine, respectueuse de l’environnement, des animaux et des humains.

Aujourd’hui nous voulons des actes, des mesures fortes et concrètes pour sortir de l’impasse.

NOUS EXIGEONS :

un moratoire immédiat sur l’élevage intensif et l’interdiction de nouvelles constructions destinées à élever des animaux sans accès au plein air ;

un plan concret de sortie de l’élevage intensif, avec accompagnement des personnes qui en dépendent aujourd’hui vers des productions alternatives ;

une végétalisation d’ampleur de l’alimentation en restauration collective publique ou privée.

Signer sur le site de l’appel

Informations sur le site de L214

Publié dans actualités | Tagué | 22 commentaires

Sunday song

Publié dans songs | 5 commentaires

Henry Diltz

En 1971 au Broken Arrow Ranch

D’autres photographies ici

Publié dans photographie | Tagué | Laisser un commentaire

Une page de publicité

Le quatrième volume du Journal de Jane est en téléchargement gratuit au format PDF sur le site des éditions du G.F.I.V.

Extrait (c’est la crise de 2008) :

mercredi 1 octobre

« Les places boursières rebondissent dans l’espoir d’un nouveau plan de sauvetage » (Le Monde). En matière d’intox, les stratégies rudimentaires utilisées pendant la guerre froide sont loin derrière nous. Aujourd’hui, on construit des récits avec des séquences, des surprises, des retournements de situation – comme à Hollywood. Plans sur des façades d’établissements financiers, traders speedés, écrans qui clignotent. La chute de l’économie spectaculaire-marchande n’est pas très télégénique pour l’instant. A suivre…

jeudi 2 octobre

Écouté l’intégrale de Tell Tale Signs. Pas désagréable du tout, ces chutes de studio. La demo de Most Of The Time semble sortie de Wold Gone Wrong (on mesure au passage le travail de production de Lanois sur Oh Mercy). Mais de là à ressortir le cliché de l' »America’s greatest living songwriter », il y a un pas. Le consensus qui s’est installé sur le sujet depuis quelques années commence à devenir pesant. Surestimé ? On peut se poser la question tant l’ampleur de la reconnaissance dépasse la mesure. J’ai apprécié d’entendre une voix s’élever dans le désert du conformisme ambiant. Hélas, l’argument utilisé pour relativiser le songwriting de Bob (les textes sont faibles parce qu’ils n’ont aucun sens) est un peu étroit.

vendredi 3 octobre

Les interprétations de la « grave crise financière » sont variées, mais il y a une constante : le sentiment d’une fin. Beaucoup veulent croire que c’est pour mieux repartir, encore plus fort. Si ça casse, ça risque de tanguer ; mais si ça passe, ce n’est guère mieux.

samedi 4 octobre

On se demande parfois comment se passait la vie quotidienne de ceux qui n’étaient pas directement exposés pendant les grandes secousses historiques. Nous connaissons maintenant la réponse : rien de spécial – si ce n’est, dans le fond (mais en continu), une légère vibration, grave et lugubre comme un solo de contrebasse.

Lien de téléchargement direct.

Publié dans livres | Tagué , | 3 commentaires