L’art de dessin

Egon Schiele, Portrait (Head of a Young Man), 1917

Egon Schiele, Portrait of the art dealer Paul Wengraf, 1917

Egon Schiele, Erich Lederer with hands clasped, 1915

Publié dans Journal | Tagué , | Laisser un commentaire

Ce qui nous attend


More Blood, More Tracks – The Bootleg Series Vol. 14 sortira début novembre. Liste des titres (mais d’où sortent-ils toutes ces versions ?), pochette et quelques infos ici. Comme quoi il n’y a pas que des catastrophes dans l’air.

Publié dans Journal | Tagué , | 6 commentaires

Lu

Un demi-siècle, c’est le temps écoulé depuis la parution du Traité. Vaneigem n’a pas varié sur l’essentiel. Plus besoin de dénoncer le règne du fric, le travail aliéné, la marchandise fétichisée ; ce travail a été fait – et bien fait – du temps de l’I.S et l’état de la société parle de lui-même. Il s’agit d’organiser la survie individuelle dans l’attente d’un soubresaut populaire qui se fait attendre. A la différence des réformistes et des réactionnaires, Vaneigem ne s’embarrasse pas de fausses subtilités. La situation est simple, binaire. D’un côté il y a la vie libre et gratuite (sans intention de possession) qui est jouissance du moment réellement vécu. En face, ce sont les forces de mort incarnées par la domination et auxquelles il importe de ne rien céder. Le combat a lieu en soi, dans son esprit et dans son corps ; il se renouvelle d’instant en instant dans le but de reprendre possession de soi. Les notes fragmentaires qui composent ce livre ne proposent pas de mode d’emploi, encore moins de méthode. Elles laissent le lecteur composer librement ses propres associations à partir des mots qui résonnent en lui. Vaneigem s’invente son propre vocabulaire et devient le terrain de ses expérimentations. Il écrit et décrit comme si la révolution avait déjà eu lieu, selon d’autres priorités, une autre manière d’occuper le temps et l’espace. A 84 ans, il démontre qu’une autre manière de vivre le temps, le corps, le désir, est possible.

Publié dans Journal | Tagué , | Laisser un commentaire

Revue de presse

Some say there is no time for this transformation ; the crisis is too pressing and the clock is ticking. I agree that it would be reckless to claim that the only solution to this crisis is to revolutionise our economy and revamp our worldview from the bottom up – and anything short of that is not worth doing. There are all kinds of measures that would lower emissions substantively that could and should be done right now. But we aren’t taking those measures, are we? The reason is that by failing to fight these big battles that stand to shift our ideological direction and change the balance of who holds power in our societies, a context has been slowly created in which any muscular response to climate change seems politically impossible, especially during times of economic crisis . (The Guardian)

Nous n’avons pas fait le nécessaire pour réduire les émissions, parce que la nature même de ce type d’actions entre en conflit avec le capitalisme dérégulé, à savoir l’idéologie dont le règne couvre toute la période au cours de laquelle nous nous sommes démenés pour trouver le moyen de sortir de cette crise. Nous n’avançons pas, parce que les mesures qui constitueraient notre meilleure chance d’éviter la catastrophe – et dont la très grande majorité bénéficierait – représentent une menace extrême pour une élite minoritaire qui tient en laisse les médias dominants, et bride nos économies comme notre fonctionnement politique. Ce problème n’aurait probablement rien eu d’insurmontable, s’il était survenu à tout autre moment de notre histoire. Mais pour notre grand malheur à tous, c’est au moment précis où la communauté scientifique présentait la menace pesant sur le climat sous forme de diagnostic irréfutable, que cette élite put jouir sans entraves de pouvoirs politique, culturel, intellectuel, qui n’avaient plus été aussi étendus depuis les années 20. (Le Media)

Réformer le capitalisme financier globalisé est-il une solution pour sauver la planète ?
« On ne peut pas humaniser, améliorer, réformer un tel système. Il faut l’abattre. Aucun des systèmes d’oppression précédent, comme l’esclavage, le colonialisme, la féodalité, n’a pu être réformé. L’oppression ne se réforme pas. » Jean Ziegler (Libération)

Publié dans Journal | Tagué , , | Laisser un commentaire

Lu

Ce livre a rafraichi la fin de l’été. Beaucoup l’ont lu jeunes, souvent en classe. Ils ont de la chance. A 60 ans, c’est un bon moyen de mesurer ce qu’il reste de capacité à rêver et à s’émerveiller. Dhôtel a beaucoup écrit, pour un paresseux ; et je n’en ai pas fini avec ses livres. Dans un ancien numéro du Magazine littéraire (novembre 1984), j’ai trouvé un bel article qui lui est consacré ; il est signé Jean-Claude Pirotte. Il écrit ceci : « Que Dhôtel ne se réclame d’aucun système philosophique, voilà qui est une fois pour toutes entendu. Mais il émane de ses chroniques fabuleuses un arôme de sagesse présocratique, une douceur de pensée orientale, qui émeuvent en nous la part la plus intime de l’être, avide d’éprouver un jour le secret d’une lumière originelle. » Difficile de ne pas se laisser entrainer.

Publié dans Journal | Tagué , , | Laisser un commentaire

Hommage à Erik Satie


« On dit que le jour de son enterrement il faisait très beau et que deux jeunes femmes ont suivi son cercueil en ouvrant, très grand, deux jolis parapluies. » Extrait d’une biographie du mystérieux et fascinant Satie. Il s’agit des dernières lignes.

 

Publié dans Journal | Tagué , | 5 commentaires

Sunday song

Publié dans Journal | Tagué | 5 commentaires

La fin de l’épisode

Dans la saison 3 de la série de Lynch, après les tensions et les chocs plus ou moins violents, on finissait toujours la soirée au Bang Bang Bar. La programmation y était de bon goût (Au Revoir Simone et d’autres groupes dans ce genre). Il y a ceux qui n’y sont pas passés mais qu’on verrait bien là-bas, dans la lumière rouge, lorsque les premières notes font cesser les conversations et que le public se presse devant la scène.

Publié dans Journal | Tagué , , | 5 commentaires

C’est quoi le problème avec la croissance ?

Juste la destruction des conditions de vie sur terre…

Publié dans Journal | Tagué , , | 1 commentaire

Vision de Joan

Elle fait ses adieux à la scène ; il est toujours sur la route entre deux villes, se dirigeant vers une autre salle de concert. Je pensais à eux deux en écoutant cette chanson. Le temps a passé à la vitesse d’un avion à réaction. Quelle histoire.

Publié dans Journal | Tagué , , | Laisser un commentaire