Citation

 » C’est ailleurs seulement que la mer est belle. Celle que nous voyons nous donne toujours
la nostalgie de celle que nous ne verrons jamais… » Fernando Pessoa,
Le Marin

Publié dans citations | Tagué | Laisser un commentaire

Lecture

Surprise de constater à quel point l’adaptation de Mocky est fidèle au livre. Les écarts sont principalement dus à la transposition de l’intrigue. Exit les racistes masqués à l’américaine, bienvenue dans la province française peuplée de notables corrompus et inamovibles (ils sont toujours là). La révolte contre les magouilles des dominants, la colère face à la complaisance apeurée des journalistes, les comportements de justicier solitaire : tout le trip Mocky était déjà là dans le roman.

Horace McCoy, Un linceul n’a pas de poches (folio policier)

Quatrième de couverture : « Ce livre de McCoy est le réquisitoire le plus violent – le plus dépourvu d’espoir aussi – qui puisse être dressé contre ce qu’on appelle «l’ordre établi». Un réquisitoire, d’ailleurs, qui dépasse de beaucoup l’époque de la civilisation qu’il vise – notre époque, notre civilisation – pour atteindre ce qu’il y a de plus ancien, et peut-être d’éternel, dans la condition de l’homme : la perpétuelle soumission de la vérité au mensonge, par la lâcheté et l’hypocrisie des individus. »

Publié dans livres | Tagué , | Laisser un commentaire

Promenade

Longue marche le long de la côte. Sur la plage, la marée montait. Nous cherchions la passerelle métallique qui remonte sur le chemin des douaniers. Elle est apparue dans un renfoncement de la falaise. Montée longue, difficile. A l’avenir, il faudra faire en sorte de la prendre dans l’autre sens.

Publié dans Journal | Tagué | 1 commentaire

Sunday song

Publié dans songs | 4 commentaires

Pourquoi Dino ?

– Qu’est-ce qu’il a d’intéressant ? a demandé le voisin en pointant le livre de Tosches* qui trainait sur la banquette de la voiture.

– Ce n’est pas sa musique, ni ses films (à part Rio Bravo), ni son humour qui déclenchait des rires gras chez son public.

– Il était pas un peu con ?

– Pas vraiment, sinon, il se serait fait arnaquer par la mafia. C’était le mec qui s’en balance et n’essaie pas de faire semblant. A côté de lui, les autres avaient l’air bidon avec leurs sourires de faux culs .

– Ah ouais ?

– Tout lui réussissait : chanson, cinéma, télé. Il faisait un tabac, le fric coulait à flot et les femmes étaient à ses pieds. Et au lieu de frimer comme un Sinatra, il montrait qu’il ne prenait rien de tout cela au sérieux. Il avait son style à lui, sa manière de faire. Jamais d’efforts, toujours la voie la plus facile. Le consul du cool.

Mon voisin est reparti en boitant un peu vers son jardin où pas un brin d’herbe ne dépasse et je me suis demandé si il allait se mettre a considérer les choses autrement, à la Dino.

*Nick Tosches : Dino, La belle vie dans la sale industrie du rêve (Rivages/Noir)

 

Publié dans livres | Tagué | 5 commentaires

Rions un peu

Publié dans actualités, humour | Tagué | 14 commentaires

Lecture

Jean-Jacques Rousseau, Les Rêveries du promeneur solitaire

Le projet de Rousseau, tel qu’il le présente au début de la deuxième promenade, constitue un programme d’écriture en soi. Tout semble indiquer qu’au soir de sa vie, après avoir écrit tant d’ouvrages, l’écrivain solitaire a découvert presque par hasard une forme libre en notant sur des cartes à jouer les associations d’idées, les souvenirs, les pensées qui se présentent, sans autre préoccupation que le pur plaisir d’écrire.

Publié dans livres | Tagué , | Laisser un commentaire

Vu

Un linceul n’a pas de poches, Mocky (1974). Je l’avais vu à l’époque dans un petite salle de la rue de Passy. Les bourgeois passaient devant sans se douter de ce qui était projeté à l’intérieur. Le générique annonce « librement adapté d’après le célèbre roman d’Horace McCoy ». Je ne sais pas si c’était de l’humour à l’époque mais maintenant que plus personne ne lit cet écrivain peu réédité, c’est assez amusant. Le film a vieilli ; il a une dimension de témoignage sur le monde d’avant. Mocky se donne le beau rôle, celui d’un journaliste intrépide qui dénonce la corruption et les connivences des notables d’une petite ville. La distribution est un best of des acteurs français de l’époque : Galabru, Marielle, Serrault, Carmet, Lonsdale, etc. C’est un festival. La réalisation est parfois  approximative mais avec de telles pointures on ne peut pas se planter.

P.S. : j’ai trouvé le roman de McCoy en solde.

Publié dans cinéma | Tagué , | Laisser un commentaire

L’impermanence

Le bouddhisme, une philosophie du bonheur ?

« On perçoit par nos sens un monde d’apparence, mais est-ce la réalité ? C’est toute la question et le bouddhisme nous explique que non, c’est une manière de projeter notre esprit sur le monde qui nous illusionne et le dharma c’est découvrir derrière les phénomènes apparents ce qu’est véritablement la nature fondamentale de la réalité. »
Philippe Cornu

Cette semaine, il est question du dharma, de l’éveil et du Bouddha dans les « Chemins de la philosophie ». A suivre ici.

Publié dans philosophie | Tagué , | 24 commentaires

L’art de la couverture

D’autres images sur « the ONLY official website« .

Publié dans graphisme, livres | Tagué | Laisser un commentaire