Interlude

Il est temps de faire une pause. Too much monkey business, comme chantait l’autre.

Un petit dessin de Willem pour détendre l’ambiance.

Rire de la connerie criminelle avec Vuillemin…

Publié dans humour, Journal | Tagué , , , | 10 commentaires

Sunday song

Publié dans songs | 19 commentaires

Even more of William Eggleston

D’autres photographies ici.

Publié dans photographie | Tagué | 1 commentaire

En action

Exceptionnellement, réveil à sept heures. Au programme, une balade jusqu’au Finistère. Je me dis qu’il faudrait prendre l’habitude de se lever plus tôt, réserver quelques heures à l’écriture avant de passer aux occupations quotidiennes. Les journées passent si vite.

Source

Publié dans Journal, photographie | Tagué , | 1 commentaire

C’était mieux avant

Quand je vois certaines photographies ou certains films des années 70, je parviens presque à mettre le doigt sur ce qui a disparu depuis déjà quelques décennies et dont le souvenir même est en train de s’effacer irrémédiablement. Je veux parler de cette magie légère et de cette poésie un peu grise qui trainait encore dans certaines rues de Paris et que ce film de Rivette était parvenu à capturer. Bonjour chez vous, comme disait les personnages d’une série visionnaire qui est devenue notre réalité.

Publié dans cinéma, photographie | Tagué , | 2 commentaires

La recette des journées perdues

Se lever tard après une mauvaise nuit peut être une assez bonne manière de commencer une journée perdue. Attention, contrairement à une idée reçue il ne suffit pas de passer beaucoup de temps sur les réseaux sociaux pour bien perdre sa journée. En effet, il n’est pas rare de sauter de lien en lien et de consulter ainsi plusieurs articles captivants et enrichissants. A éviter. Vous risqueriez d’aller au devant de découvertes susceptibles de vous ouvrir des horizons nouveaux (livres à lire, disques à écouter, films à voir). Après avoir bien perdu votre journée, pensez à ce paradoxe : les journées perdues laissent parfois des souvenirs très agréables.

Publié dans Journal | Tagué | 1 commentaire

Citation

André Breton par Man Ray

« Tout est à faire, tous les moyens doivent être bons à employer pour ruiner les idées de famille, de patrie, de religion. » André Breton, Second manifeste du surréalisme (1929)

N’est-il pas légèrement désolant de constater que, 90 ans plus tard, tout reste à faire. Et que ce n’est pas du tout gagné. Chère « génération Covid », nous les boomers qui avons échoué vous passons le vieux relai qui passe de main en main au moins depuis les premiers romantiques. Nous n’avons aucun conseil à donner. Enfin si, un quand même : méfiez-vous de Gabriel Attal, ce n’est pas votre ami.

Publié dans citations, messages personnels | Tagué , , | 1 commentaire

Rions un peu

Le Côté de Guermantes sur les planches d’un théâtre ? Pourquoi pas. Loin de moi l’idée de me moquer du spectacle tiré du roman. En revanche, la critique dithyrambique que lui a consacré Diacritik relève d’un genre dont je ne me lasse pas : le comique involontaire. Je ne peux m’empêcher de partager un petit florilège de cet article fleuve.

Florilège.

« Et dès la première scène, aux premiers instants de la pièce, le ton est donné : Marcel prend sa guitare et chante « My Lady d’Arbanville » de Cat Stevens. L’anachronisme règne en maître mais n’offre aucun temps perdu, au contraire rattrape du temps ce qu’il faut dire : la mélancolie de la chanson dit, par analogie, la vérité profonde de Marcel. »

« Quand Rachel quand du Seigneur danse avec le valet de pied devant un Saint Loup pris d’une jalousie aussi bien hagarde que folle, le morceau de Marvin Gaye que Marcel met sur la platine dit mieux, par infidélité et par impureté, la rage sexuelle de Rachel, et son caractère provocateur. »

« Quand Saint Loup prend la guitare pour entonner une chanson, il n’y a rien, à la vérité, rien de plus proustien comme transfert. Quand Saint Loup joue de la guitare électrique, c’est comme d’entendre « le tintement timide, ovale et doré de la clochette » du jardin de Tante Léonie, synesthésie et hypallage par excellence de La Recherche. »

« Le Velvet Underground dit sans doute mieux la grâce d’Oriane de Guermantes, son caractère même de femme fatale bien mieux qu’une adaptation dont l’académisme ne dit rien d’autre que la vérité non de Proust mais d’une pesante culture scolaire qui viendrait en entraver la réception. Le Velvet Underground s’offre comme la petite phrase de la sonate de Vinteuil qui dit Oriane mieux qu’une pénible mise en musique qui mêlerait Reynaldo Hahn à Gabriel Fauré. C’est l’hymne national de l’amour de Marcel pour Oriane. Car la lanterne magique de Christophe Honoré est une boule disco. »

On va s’arrêter là. Si vous souhaitez approfondir, c’est ici.

Publié dans actualités, livres, Rock & Roll | Tagué , | 16 commentaires

Sunday song

Publié dans songs | Laisser un commentaire

People

Je n’ai rien contre les photographies de célébrités surpris dans leurs activités quotidiennes, activités qu’ils partagent avec ceux qui « ne sont rien » (selon la formule élégante de notre président philosophe). Certes, la menace d’être surpris par un paparazzi doit être assez pesante pour ceux qui en sont la cible mais c’est la rançon de la gloire. Je dirais même que ces images saisies sur le vif ont un charme indéniable. Le seul défaut que je leur trouve, c’est de montrer des stars de la téléréalité ou du rap dont je ne soupçonnais même pas l’existence et qui, pour cette raison, me sont totalement indifférentes. Je rêve d’un magazine people qui publierait photos volées d’écrivains, d’artistes, de musiciens que j’apprécie.

D’autres photographies de Lawrence Schwartzwald ici.

Publié dans photographie | 15 commentaires