Parution

Pas besoin de pass pour télécharger le nouveau livre de Bill chez GFIV éditions

Publié dans images | Tagué , | 2 commentaires

Pause

Ici, pas de risque de coup de soleil : il fait un temps d’automne.

A très bientôt.

Publié dans images, messages personnels | Tagué , | 63 commentaires

Une page de Jean Genet

Le « elle » de la première phrase, c’est la guillotine – comme à la fin de It’s Alright, Ma (I’m Only Bleeding).

« … au naufragé qui, à la vue d’une voile, se croit sauvé quand, tout à coup, il se souvient que le verre de sa lunette porte un défaut, une buée : cette voile qu’il apercevait. »

Jean Genet, Notre-Dame-des-Fleurs

Publié dans citations, livres | Tagué | 1 commentaire

Vu

Wonder Wheel, Woody Allen (2017)

Cela peut surprendre mais je n’avais vu aucun film avec Kate Winslet, pas même celui avec le bateau qui coule. En regardant sa filmographie, je me suis dit que c’était l’occasion de donner une chance à un film récent de Woody Allen (dont j’avais apprécié Match Point). Résultat des courses, Kate Winslet parvient à nous coller le frisson dans un film froidement travaillé par un vieux briscard qui connait les ficelles du métier, de l’écriture du scénario au choix du directeur de la photographie en passant par le casting. Mais l’habileté et le métier ne suffisent pas lorsque manque l’étincelle de l’inspiration. Cela donne un spectacle vide et clinquant heureusement sauvé par une actrice géniale qui évoque les grandes stars vieillissantes de l’age d’or Hollywoodien.

Publié dans cinéma | Tagué | 3 commentaires

Vu

Mare of Easttown, série américaine

Je ne suis pas très série mais là, j’avoue, je n’ai rien vu d’aussi fort, d’aussi prenant, d’aussi réussi, depuis True Detective saison 1. La performance de Kate Winslet en femme flic est époustouflante de justesse et d’humanité. Quelle actrice ! Il faut dire qu’une grande partie des problèmes que des personnes peuvent connaitre dans leur vie privée (suicide, divorce, ados à problèmes, etc.) ont été glissés dans la liste par le scénariste. On pourrait craindre que cette accumulation vienne alourdir la série dont le sujet est d’abord une enquête à propos d’un meurtre. Il n’en est rien. La vie des habitants de la petite ville où est située l’action est crédible et apparemment bien documentée, un peu comme dans Manchester by the Sea mais avec, en bonus, une bonne intrigue de polar qui maintient le suspens jusqu’au bout. En plus du plaisir de suivre une enquête, la série propose pour le même prix une immersion sociologique dans l’Amérique profonde.

Publié dans Posts | Tagué | 7 commentaires

Lecture

La prose de Genet, comment résister à l’envie d’en copier des passages et de les envoyer comme on envoie un bouquet de fleurs dans l’espoir de mettre un parfum de liberté poétique dans un monde où flotte une vilaine odeur de renfermé.

« Divine est humble. Elle ne s’aperçoit du luxe que par un certain mystère qu’il sécrète et qu’elle craint. Les palaces comme les antres des sorcières tiennent captifs des charmes agressifs qu’un de nos gestes, du marbre, des tapis, du velours, de l’ébène, du cristal, peut libérer. Dès qu’un peu riche, par le fait d’un Argentin, Divine s’entraina au luxe. Elle acheta des bagages de cuir et d’acier saturés de musc. Sept ou huit fois par jour, elle prenait le train, montait dans le wagon-salon, faisait entasser les bagages dans les filets, s’installait sur les coussins jusqu’au départ du train, et, quelques secondes avant le coup de sifflet, appelait deux ou trois porteurs, prenait une voiture et se faisait conduire à un grand hôtel, où elle restait le temps d’une installation discrète et somptueuse. Elle a fait ce manège de star une semaine entière, maintenant elle sait marcher sur les tapis, parler aux laquais, meubles de luxe. Elle a apprivoisé les charmes et posé le luxe par terre. »

Jean Genet, NotreDame des Fleurs (écrit à la prison de Fresnes en 1942)

Publié dans citations, livres | Tagué , | 2 commentaires

Vu

Adaptation, Spike Jonze (scénario Charlie Kaufman), 2003

Du Kaufman au carré, si je peux m’exprimer ainsi étant donné que tous les films écrits par Kaufman sont des mises en abîme auto-réflexives. Ici, le monologue angoissé du héros, qui n’est autre que Charlie Kaufman en personne se voyant confier l’adaptation d’un roman au lendemain du succès de Dans la peau de John Malkovich, devient dialogue par la grâce d’une idée géniale : le dédoublement de personnalités opposées à travers deux frères jumeaux interprétés par l’excellent Nicolas Cage qui joue avec un plaisir évident de l’opposition entre le timide Charlie inquiet du regard des autres et Donald l’insouciant tombeur de ces dames. Pour le reste, le scénario est un brillant délire qui réserve des surprises spectaculaires et des moments d’émotion. Kaufman a une façon héroïque d’affronter le défi de l’écriture scénaristique et de faire du défi lui-même un récit époustouflant.

Publié dans cinéma | Tagué | Laisser un commentaire

Sunday song

Publié dans songs | 5 commentaires

Un peu d’histoire

Le début des années 80 pouvait réserver quelques bonnes surprises (non, je ne veux pas parler de la victoire de la gôche). En décembre 1981, par exemple, il pouvait vous arriver ceci : vous allumiez votre téléviseur couleur, un énorme bahut récupéré chez une grand-mère décédée, pour regarder l’émission Chorus et découvriez un groupe dont la chanteuse vous séduisait immédiatement.

Publié dans Rock & Roll | Tagué , , | 1 commentaire

Cherchez l’erreur

L’enquête sur la mort de Steve progresse lentement (2 ans) mais elle avance. Selon le parquet, le jeune homme est bien mort pendant la charge disproportionnée des forces de l’ordre. Le rapport de l’IGPN que le premier ministre était venu lire sur le perron de Matignon était « erroné » (dixit le Monde). Souvenons-nous. Selon ce rapport, il n’était pas «établi de lien entre l’intervention de la police et la disparition» de Steve Caniço, et il n’y avait donc « pas à remettre en cause l’intervention collective des forces de l’ordre». On attend des excuses.

Publié dans actualités | Tagué | 5 commentaires