« I’m too famous »

« I’ve given up drawing in sketchbooks almost entirely. I keep thinking I should, it’s really a helpful thing to do to keep your hand in there and draw spontaneously and have a lot of ideas come up that way. But the fame thing has really killed it for me. I’ve just become too acutely self-conscious and the business aspect of being an artist killed the crative, playful side for me. » Les galeries, les musées, le marché de l’art, le statut de mythe vivant, la reconnaissance unanime : on se demandait comment Robert Crumb vivait tout ça. On a la réponse en lisant l’interview du vieux maitre dans le dernier catalogue Taschen, à l’occasion d’une luxueuse publication de ses fameux sketchbooks. Crumb annonce qu’il a arrêté de dessiner dans ses  carnets, qu’il tenait depuis 1964, parce qu’il ne pouvait plus s’installer pour dessiner quelque part sans que quelqu’un le reconnaisse et vienne aussitôt le voir pour lui parler, regarder ce qu’il faisait, etc. Il avait trouvé un solution de rechange, les nappes de restaurant sur lesquelles il dessinait en attendant l’arrivée des plats ; les nappes en papier font aujourd’hui l’objet d’âpres négociations. On comprend dans ces conditions que la spontanéité et le plaisir s’estompent. En même temps, comme le lui fait remarquer Aline (sa compagne), on peut difficilement se plaindre des conséquences de la gloire. « I got it pretty good », conclut Crumb.

Cet article a été publié dans comix, Posts. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s