Les meilleurs albums du Velvet Underground

velvet5Ils sont tous réunis dans cette réédition « Super Deluxe ».

– le troisième album, présenté ici dans trois versions. Conclusion : aucun mix ne peut égratigner le charme de chansons comme Candy Says, I’m Set Free, Afterhours ou Pale Blue Eyes.

– Les sessions de « l’album perdu », qui virent la lumière dans les années 80 sur l’album VU (à l’époque, un cadeau du ciel). Problème : il fallait compléter avec Another View, une compilation assez mal foutue. Quant au son, on ne s’en rendait pas compte, mais il avait subi les méfaits propres à la période de parution (écho et reverbe, sur la batterie notamment). Ici, on découvre les bandes originales parfaitement nettoyées. Un miracle technologique qui produit un plaisir intense. Real good time pour l’auditeur !

– LIVE AT THE MATRIX : les amoureux du double album 1969 Velvet Underground Live (j’en suis) vont pleurer de joie. Ici aussi, la netteté du son met en valeur les versions des titres interprétés devant un auditoire restreint avec une coolitude rarement atteinte par le groupe (une légende raconte que Lou Reed aurait tiré par inadvertance sur un joint avant de monter sur scène…). Je suis en train d’écouter  Over You où le chant est à tomber. Je vous laisse, j’ai à faire.

Cet article, publié dans Journal, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour Les meilleurs albums du Velvet Underground

  1. Anonyme dit :

    Les deux CD du Live At The Matrix sont époustouflants. Au-delà de la technique, le son du groupe apparaît tellement « vrai ». A mon sens, aucun de leurs albums « studio » ne soutient la comparaison … A l’instar du Grateful Dead (assez curieusement d’ailleurs les deux groupes portèrent le même nom en même temps). Merci pour la recommandation !

    • Anonyme dit :

      ‘The most striking fact is that, like the Grateful Dead, the Velvet Underground started out as a platform for extremely long, wandering, repetitive, live improvisations, appropriate to multimedia events. It’s eye-opening each time the Velvets’ principals insist in interviews that they were far better as a live band than in anything captured on record.’

      http://www.lrb.co.uk/v29/n06/mark-greif/the-right-kind-of-pain

      • Anonyme dit :

        ‘…Yet when you look at the state of both bands at their contemporaneous founding moments in 1965-66, you find that the Velvet Underground and the Grateful Dead started out, in an odd way, as basically the same band. In fact, both bands started with the same name in 1965: the Warlocks. And both were quickly taken up by other cultural movements and artists from other genres to furnish ‘house bands’ for collective projects. On the West Coast, Ken Kesey hired the Dead to provide music for his acid tests (part of a post-Beat San Francisco world that included the washed-up Neal Cassady, muse of Kerouac’s On the Road).

        The Palo Alto acid test,…’

        Hum

  2. INCREDIBLE SOUND QUALITY!!!!!!!!!! VU LIVE AS YOU NEVER HEARD!!!!!. TRY IT!!!!!!!!!! Matrix 1969(from the matrix sampler) dit :


    Bof…

  3. I Couldnt Chop it up!! dit :


    Hmm…

  4. Anonyme dit :

    third hand blues in both cases…;-)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s