Lire Pynchon

Ma résolution pour 2020 : pas d’achats de livres, vivre sur les stocks, ce qui signifie s’attaquer à quelques classiques dont la lecture a été sans cesse remise à plus tard et aussi finir la lecture de livres, généralement assez épais, commencée et laissée en chemin. J’ai donc repris le roman de Pynchon où je l’avais laissé (vers le milieu). Ce n’est pas très original : chez les américains, L’arc en ciel de la gravité figure en tête, avec Ulysse de Joyce, dans la liste des livres jamais lus en entier. Je retrouve avec plaisir l’écriture si particulière de Pynchon, si difficile à décrire également. Heureusement, il y a des spécialistes pour ça.

« Auteur encyclopédique par la somme de connaissances historiques, scientifiques et littéraires qu’il mobilise, Thomas Pynchon n’écrit toutefois pas de fresques réalistes, mais des fictions anachroniques où le passé déborde dans notre présent, et où le lecteur fait l’expérience de l’immersion, sans surplomb rétrospectif. Le temps y constitue une quatrième dimension, poreuse ou élastique, bien qu’il s’oriente vers une aveuglante apocalypse, à venir et déjà venue. Machines à remonter et déformer ce temps de la répétition comme de l’irruption inouïe, ces textes ouvrent aussi, au sein de la représentation réaliste, des espaces difficiles à imaginer puis soudain évanouis : enclaves non euclidiennes, labyrinthes ou échappées qui perturbent la reconnaissance du monde familier. Il s’agit à la fois pour Pynchon d’épouser « le cauchemar de l’histoire » (Joyce) et d’en former la doublure utopique. Dans ces textes éminemment plastiques, la représentation du monde est à la fois imitative et adverse, système de contagions comme de résistances, à la recherche d’une « contreforce » (L’Arc-en-ciel de la gravité), ou d’une « contre-feinte » (Contre-jour) capable de répondre à l’oppression et à l’horreur. Thomas Pynchon conduit ainsi une vaste interrogation sur le pouvoir, considéré comme une machine simulatrice perverse excellant à mimer et digérer la dissidence. »

Extrait de : Anne BATTESTI, « PYNCHON THOMAS (1937- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/thomas-pynchon/

Cet article, publié dans livres, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s