En VF

fonds2Il faut quand même dire que Fonds perdus (que je viens de finir) est aussi un roman d’une très grande drôlerie. La traduction réussit à nous faire entendre un équivalent convainquant de l’humour pynchonien.

Extrait (cliquer pour agrandir):

1 2 On peut lire un entretien avec Nicolas Richard, traducteur de Fonds perdus, ici.

Cet article, publié dans Journal, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour En VF

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s