Pour la première fois au cinéma (suite)

IV2Le traducteur d’Inherent Vice (en français Vice caché) était à l’avant-première du film adapté du roman de Thomas Pynchon. Un témoignage de poids sur la transposition, a priori impossible, entre un univers littéraire alambiqué et un récit filmique nécessairement réducteur. Avec, accessoirement, le passage d’une silhouette mystérieuse qui se faufile vers la sortie à la fin de la projection. A lire ici.

Publicités
Cet article, publié dans Journal, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s