Fonds perdus

fonds1Une héroïne sympathique (comme dans Vente à la criée), une intrigue alambiquée située dans le monde des start ups et dans l’univers chelou du web profond, des geeks envapés, des pistes complotistes, des digressions qui ne mènent en apparence nulle part (mais avec Pynchon, on ne sait jamais), quelques passages désespérément obscurs et, comme toujours, des dialogues tellement brillants qu’il faut les lire deux fois pour en apprécier pleinement la drôlerie. Toutes les raisons de se réjouir, donc.

PS : je ne comprends pas bien les critiques littéraires qui distinguent entre des romans « mineurs » (Inherent Vice relèverait de cette catégorie)  et d’autres qui seraient plus « sérieux ». En tout cas, celui-là a bluffé tout le monde. Personne ne s’attendait à ce qu’il fasse entrer avec un tel brio le web et le terrorisme dans son univers romanesque.

Cet article, publié dans Journal, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Fonds perdus

  1. Je deviens une inconditionnelle….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s