L’insurrection qui est là : Nathalie Quintane

« C’est Nathalie Quintane qui met en avant ce dernier exemple : « Le fait est que nous avions été affectés par l’emprisonnement, arbitraire, d’un jeune homme à idées », écrit-elle. Au début de Tomates, elle confie que, pour elle, cette indignation devant le sort infligé à Julien Coupat a coïncidé avec la redécouverte des textes d’Auguste Blanqui (1805-1881), ce révolutionnaire qui passa trente-six ans au fond d’une cellule, et qu’on surnomma « l’Enfermé ».
Dans L’Éternité par les astres, un essai écrit durant sa captivité au fort du Taureau, en Bretagne, le vieux socialiste notait : « Il n’y a pas de progrès, hélas ! Non, ce sont des rééditions vulgaires, des redites. Tels sont les exemplaires des mondes passés, tels ceux des mondes futurs. Seul le chapitre des bifurcations reste ouvert à l’espérance. » Afin d’ouvrir un chapitre de ce genre, Nathalie Quintane expérimente à son tour la possibilité d’une nouvelle écriture insurgée. » (Jean Birnbaum, Le Monde, 25 novembre 2011) Source Éditions P.O.L.

Bon. Je ne sais pas si dit comme ça, cela rend compte du plaisir que j’ai pris à la lecture de ce texte. Disons (pour faire court et efficace), que si vous appréciez le Journal, alors vous adorerez la lecture de Tomates. Obligé.

Cet article, publié dans Journal, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s