Mythologie petite-bourgeoise

barthes2Un de mes préférés, ce texte de Mythologies où Roland Barthes dévoile la vision étriquée de la petite bourgeoisie à travers le discours de M. Poujade (un personnage des fifties). « Nous savons maintenant ce qu’est le réel petit-bourgeois : ce n’est même pas ce qui se voit, c’est ce qui se compte ; or ce réel, le plus étroit qu’aucune société ait pu définir, a tout de même sa philosophie : c’est le «bon sens», le fameux bon sens des «petites gens», dit M. Poujade. » Pourquoi Barthes se méfie-t-il du bon sens ? Parce qu’il « bouche toutes les issues dialectiques, définit un monde homogène, où l’on est chez soi, à l’abri des troubles et des fuites du «rêve» (entendez d’une vision non comptable des choses) ». Il ne faut pas, selon Barthes, sous estimer la capacité de nuisance de ce qu’il appelle la « mythologie petite-bourgeoise » : elle « implique le refus de l’altérité, la négation du différent, le bonheur de l’identité et l’exaltation du semblable ».

Cet article, publié dans Journal, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s