La vie mystérieuse des images

Photographies : Dominique Tarlé, Villa Nellcote, Villefranche sur Mer, 1971

Chacun son remède lorsqu’un vent glacial souffle sur la pelouse détrempée. Moi, je passe de temps en temps faire un tour du côté la villa ensoleillée de Keith et Anita. On y croise toutes sortes de personnages plus ou moins légendaires, comme ce Tony Sanchez (photo 2).

Source : le site de la Galerie de l’Instant.

Cet article a été publié dans photographie, Rolling Stones. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour La vie mystérieuse des images

    • journaldejane dit :

      Oui, très bonne tribune. L’essentiel est dit et bien dit par le très complotiste Mathieu Slama.
      Extrait : « Le nouveau régime dans lequel nous entrons est un régime autoritaire, un régime dans lequel les devoirs précèdent les droits (de l’aveu même du chef de l’État !), dans lequel la morale remplace le droit, où l’ordre est la condition de la liberté, où la citoyenneté se mérite. Un régime qui trie les bons des mauvais citoyens, qui institue un ordre moral qui se substitue au cadre légal, un régime qui instaure une nouvelle méthode de gouvernement, celle du chantage à la liberté. Le pass vaccinal n’est en effet rien d’autre que du chantage, un outil de discipline qui confisque notre liberté pour nous la redonner à la seule condition de notre bon comportement. «Nous vous autorisons à être libres !», nous dit crânement le pouvoir au mépris de notre Déclaration des droits de l’homme et des citoyens qui institue la liberté comme un droit inaliénable et imprescriptible… Comment le Conseil constitutionnel a-t-il pu valider une telle aberration démocratique ? »

      J’aime

      • journaldejane dit :

        Et nous renonçons, comme l’a récemment expliqué la philosophe Barbara Stiegler, « à la liberté au sens où l’entendent les Lumières, fondée sur la capacité de raisonner par soi-même que l’on doit prêter à tous les citoyens majeurs (ou en voie de l’être), quels que soient leur croyance ou leur niveau d’éducation. Tous les sujets appelés à consentir doivent être considérés par principe, et que cela nous plaise ou non, comme des sujets rationnels, aptes à délibérer ensemble et de manière contradictoire de la vérité et de la chose commune (res publica), sans qu’aucun tuteur de l’humanité ne puisse édicter à leur place le bien commun. »

        J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s