Vu

Aprile, Nanni Moretti (1998)

Même s’il y a quelques bons moments dans celui-ci, je ne crois pas que j’aurai envie avant longtemps de voir d’autres films de Moretti. Il y a quelque chose d’attristant dans la minière qu’a eu ce cinéaste de refermer les possibilités artistiques qu’il avait ouvertes avec ses premiers films, jusqu’à Journal intime inclus. Il reste encore un petit souffle de liberté dans cet auto-plagiat mais le grain de folie qui faisait le charme d’un film comme Palombella rossa s’est envolé. L’écriture filmique, oscillant entre une forme d’improvisation organisée et des procédés désormais bien maîtrisés, réserve très peu de surprises. Voici comment nait un nouvel académisme sous les applaudissements unanimes de la critique.

Cet article, publié dans cinéma, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Vu

  1. Jacques d. dit :

    Il ne restera dans l’histoire du cinéma que comme un contemporain, à peine malin, du selfie. La critique ? La cinquième roue du « carrosse marketing ».

    J'aime

    • journaldejane dit :

      Je vois sa trajectoire de cinéaste comme un symptôme. Peu ont survécu en tant qu’artistes au rouleau compresseur de la société spectaculaire marchande. Il paraissait malin, prêt à se défendre et attaquer. On a vu le résultat…

      J'aime

  2. Anonyme dit :

    Les frères Coen à l’avenant

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s