Citation

Robert Musil, L’homme sans qualités, chapitre 72

Cet extrait s’écarte un peu de ce qui constitue le cœur du propos de ce chapitre qui a pour sujet la « sobriété spirituelle de la science ». Ce qui m’a plu dans ce passage, c’est cette vérité universelle concernant les « idéologies de profession » qui se présentent toujours sous une forme inattaquable.

Cet article a été publié dans Posts. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s