Lu

Un beau texte de Mandiargues consacré aux peintres de l’école dite « métaphysique » (Mandiargues pointe avec humour les limites des étiquettes qu’on trouve dans les dictionnaires d’histoire de l’art) et à la ville de Ferrare où les jeunes peintres de ce mouvement se sont rencontrés et ont travaillé. J’y ai fait un tour via Google street. Étonnamment, la ville semble avoir conservé de sa magie. On y trouve encore, en dépit de la froideur des cités contemporaines sillonnées par les voitures, une trace de l’ambiance mystérieuse qui émane de ses architectures rectilignes et de ses longues avenues.

André Pieyre de Mandiargues, « La cité métaphysique », Le cadran lunaire (Gallimard)

Cet article, publié dans livres, peinture, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Lu

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s