Lecture

La couverture de cette édition (Garnier-Flammarion, 1964) est plutôt moche ; sa laideur a dû reculer de quelques décennies le moment de lire ce roman. Découverte tardive que je dois à Gracq, grand admirateur de Stendhal et de La Chartreuse. J’en suis aux trois quarts et bien que cette lecture me captive et m’enchante de plus en plus, je n’ai pas encore éprouvé la nécessité de l’évoquer dans le Journal. Plus précisément, je n’avais pas trouvé la manière d’en parler. L’amoncellement de commentaires qui se sont accumulés depuis la parution y est probablement pour beaucoup. Les analyses des beylistes, souvent judicieuses, pointent comme il se doit la modernité du roman stendhalien, la fougue du style, la liberté du ton qui instaure une complicité avec le lecteur, le caractère elliptique de la narration, etc. On lit et commente beaucoup moins Stendhal en ce début de siècle assez peu enjoué. Trop romantique ? Trop attaché au bonheur ? Trop léger au sujet l’amour et des intrigues de pouvoir ? Ce n’est pas impossible. Les aventures du jeune Fabrice del Dongo pris entre la superbe Sanseverina et l’attachante Clélia (magnifiques portraits de femmes amoureuses) se situent dans la continuité des feuilletons qui paraissaient à l’époque dans la presse. Scénario haletant, suspens, romance, personnages bien typés, galerie de fourbes et de méchants… Cette tradition a disparu, supplantée par les séries télévisées ; l’absence d’actualité de l’auteur et particulièrement de La Chartreuse ajoute, avouons-le, au charme de cette lecture qui retrouve ainsi le statut que Stendhal souhaitait lui donner lorsqu’il dédiait le roman « to the happy few ».

Source : BnF

Cet article, publié dans livres, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s