Un peu de poésie

Certains matins, on ne sais pas où porter son attention, entre écouter une émission sur le mystérieux Paul-Jean Toulet, poursuivre la lecture du Côté de Guermantes, découvrir le dernier album de The Coral et d’autres choses encore, plus vagues mais tout aussi tentantes. Restons un moment concentrés sur Toulet si vous le voulez bien, car ce poète mérite amplement notre attention. Le personnage n’est pas facile à cerner ; sa poésie non plus, à la fois ancrée dans son époque mais également d’une troublante proximité. Ses poèmes pourraient sembler, à première vue, relever d’un classicisme suranné. Méfions-nous des apparences. Il s’agit d’une impression superficielle qui a failli me faire passer à côté de la poésie élégante de Toulet.

Aimez-vous le passé

Aimez-vous le passé
Et rêver d’histoires
Évocatoires
Aux contours effacés ?

Les vieilles chambres
Veuves de pas
Qui sentent tout bas
L’iris et l’ambre ;

La pâleur des portraits,
Les reliques usées
Que des morts ont baisées,
Chère, je voudrais

Qu’elles vous soient chères,
Et vous parlent un peu
D’un coeur poussiéreux
Et plein de mystère.

Vous souvient-il de l’auberge

Vous souvient-il de l’auberge
Et combien j’y fus galant ?
Vous étiez en piqué blanc :
On eût dit la Sainte Vierge.

Un chemineau navarrais
Nous joua de la guitare.
Ah ! que j’aimais la Navarre,
Et l’amour, et le vin frais.

De l’auberge dans les Landes
Je rêve, – et voudrais revoir
L’hôtesse au sombre mouchoir,
Et la glycine en guirlandes.

Vous qui retournez du Cathai

Vous qui retournez du Cathai
Par les Messageries,
Quand vous berçaient à leurs féeries
L’opium ou le thé,

Dans un palais d’aventurine
Où se mourait le jour,
Avez-vous vu Boudroulboudour,
Princesse de la Chine,

Plus blanche en son pantalon noir
Que nacre sous l’écaille ?
Au clair de lune, Jean Chicaille,
Vous est-il venu voir,

En pleurant comme l’asphodèle
Aux îles d’Ouac-Wac,
Et jurer de coudre en un sac
Son épouse infidèle,

Mais telle qu’à travers le vent
Des mers sur le rivage
S’envole et brille un paon sauvage
Dans le soleil levant ?

D’autres poème de Paul-Jean Touret ici.

Notre conseil du jour : installez-vous confortablement, enclenchez cette émission consacrée au poète et oubliez le reste pour un moment.

Cet article, publié dans citations, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s