Un peu d’humour proustien

Pas franchement hilarant, je l’admets, mais représentatif de l’ironie parfois cruelle dont fait preuve l’écrivain à maintes reprises. J’ai mis un certain temps à déceler et à saisir la teneur exacte de cet humour assez particulier. Je le savoure dans les descriptions qui font ressortir la fausseté des mondanités de Mme Verdurin ou le grotesque des parades hautaines de Charlus. On notera dans l’extrait ci-dessus que Proust n’épargne pas les gens du peuple. C’est que, comme il l’écrit un peu plus loin dans Sodome et Gomorrhe, il n’a « jamais fait de différence entre les ouvriers, les bourgeois et les grands seigneurs ».

Cet article, publié dans citations, humour, livres, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Un peu d’humour proustien

  1. Gompo dit :

    Salut.

    Proust raille le bourgeois et le prolétaire. Religieux et prolétaires communistes ont brûlé les sorcières. Fascistes et anarchistes tuent.

    C’est humain.e

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s