Lecture

Nous sommes dans le petit Casino de Balbec. Une jeune fille s’est mise au piano. Andrée a demandé à Albertine de danser avec elle. Le narrateur fait remarquer au docteur Cottard, qui l’accompagne, « comme elles dansent bien ». « Du point de vue spécial du médecin », ce dernier casse froidement le charme de la scène. « Oui, mais les parents sont bien imprudents qui laissent leurs filles prendre de pareilles habitudes. » Puis il ajoute, montrant Albertine et Andrée qui valsent lentement, serrées l’une contre l’autre : « Tenez, regardez, j’ai oublié mon lorgnon et je ne vois pas bien, mais elles sont certainement au comble de la jouissance. On ne sait pas assez que c’est surtout par les seins que les femmes l’éprouvent. Et, voyez, les leurs se touchent complètement. » C’est pour le narrateur le début d’une longue et douloureuse interrogation sur le goût d’Albertine et sur son attirance pour les personnes de son sexe.

Proust, Sodome et Gomorrhe

Cet article, publié dans livres, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s