Citation

« Je ne voudrais être rien d’autre qu’un homme qui arrose son jardin et qui, attentif à ces travaux simples, laisse pénétrer en lui ce monde qu’il n’habitera pas longtemps. » Philippe Jaccottet, Taches de soleil, ou d’ombre

Selon Bill, sur Facebook (qu’il vient de quitter), on célèbre plus souvent les morts que les vivants. Comment échapper à cette litanie des disparitions ? En vieillissant nous nous trouvons inévitablement confrontés au départ de ceux qui nous précèdent. Il faut croire qu’il s’agit pour chaque nouvelle génération d’une découverte, presque d’une surprise. La citation est extraite de l’hommage à Philippe Jaccottet signé Jacques Munier.

Cet article, publié dans citations, livres, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Citation

  1. Anonyme dit :

    Il existe sans doute un poème de Brautigan sur les camélias du Japon

    J'aime

    • journaldejane dit :

      Oh, ce n’est pas impossible. Peut-être du côté de Tokyo-Montana express

      J'aime

      • Anonyme dit :

        Rien d’explicite dans le Journal Japonais, si ce n’est cette évocation des arbres et des buissons du sanctuaire Meiji de Tokyo :

        « Le sanctuaire Meiji était fermé.
        On s’y est glissé juste avant l’aube.
        On était ivres comme des comiques [we were drunk like comedians]
        à grimper sur les murs de pierre, à tomber [climbing over stone walls and falling down].
        On était drôles à regarder.
        Heureusement la police ne nous a pas découverts
        – elle nous aurait embarqués.
        C’était magnifique, on a titubé
        parmi les arbres et les buissons jusqu’au point du jour.
        On était très drôles puis on s’est affalés dans un petit pré
        de douce herbe verte qui était agréable
        au contact de nos corps.
        J’ai posé la main sur sa poitrine et commencé
        à l’embrasser. Elle m’a embrassé en retour et c’est là
        tout l’amour
        qu’on a fait. On n’est pas allé plus loin, mais c’était
        parfait dans les premières lueurs du sanctuaire Meiji
        avec l’empereur Meiji
        et son épouse l’impératrice Shôken
        quelque part à nos côtés. »

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s