Vu

Blue jeans, Jacques Rozier (1957)

Mambo et soleil de la Côte d’Azur, drague et insouciance. Le court métrage de Rozier qui annonçait la Nouvelle Vague est à voir ici.

Les Lèvres rouges, Harry Kümel (1971)

« Film culte », l’expression galvaudée convient tellement bien à celui-ci qu’on pourrait croire qu’elle a été créée spécialement pour lui ou que son réalisateur a tout fait pour que son œuvre conserve ce titre jusqu’à la fin du cinéma. C’est par ces mots que commence le très complet Blow Up qui énumère mieux que je ne le ferais les raisons pour lesquelles il faut avoir vu une fois dans sa vie ce film formaliste et poétique, envoutant comme la voix de Delphine Seyrig.

Cet article, publié dans cinéma, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s