La pire année de notre existence ?

collage : Bill Térébenthine

J’ai envie de dire ni meilleure ni pire qu’une autre. A titre strictement individuel, cette année me fut plutôt agréable. Mes proches me disent que je n’avais pas été de si bonne humeur depuis longtemps. D’un point de vue collectif, ce fut surtout un désastre pour les autorités en place dans le monde entier et plus particulièrement pour ceux qui s’agitent sous nos yeux consternés. Je crois qu’il conviendrait de toujours finir l’année avec la satisfaction d’en être débarrassé comme d’un mauvais souvenir qui nous empêche d’avancer. Les journées se sont écoulées, les instants comme les mois ont passé ; nous n’avons d’autre choix que de laisser filer l’année qui se termine sans rien attendre de celle qui vient. Tchin-tchin.

Cet article a été publié dans images, messages personnels. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour La pire année de notre existence ?

  1. John Deere dit :

    « ce fut surtout un désastre pour les autorités en place dans le monde entier »
    Tant que ce n’est pas un désastre pour ceux qu’elles représentent, on peut toujours imaginer de renoncer à l’héritage

    J'aime

    • journaldejane dit :

      « Tant que ce n’est pas un désastre pour ceux qu’elles représentent, on peut toujours imaginer de renoncer à l’héritage »
      C’est chouette, une phrase qui ne veut rien dire 🙂

      J'aime

      • Anonyme dit :

        Got it!

        J'aime

      • journaldejane dit :

        « Toutefois, durant cette période, sur les réseaux, il y aura eu tout un lacis d’informations contradictoires, et les divers spectacles de la bêtise médiatique, de l’arrogance de quelques mandarins et de leur soif de reconnaissance, de l’infantilisation humiliante et méprisante des pouvoirs publics à l’égard des citoyens, du mensonge et des omissions des politiques tentant de dissimuler leur imprévoyance et leurs erreurs, des atermoiements des uns, des imprécations des autres… » kwarkito

        J'aime

      • journaldejane dit :

        I was just talking about this shit.

        J'aime

      • journaldejane dit :

        « Pour nommer cette situation où personne n’est confiné, mais où tout le monde est soumis à un principe de raisons suffisantes – dont la liste variable est édictée régulièrement par l’État – pour sortir de chez soi, où la circulation n’est pas tellement entravée mais doublée en continu de son motif crédible, de son attestation, il me semble que le nom d’« arraisonnement » est parfaitement adéquat. Il désigne précisément cela : une mise à la raison, le fait de n’avoir droit à l’existence qu’à mesure qu’on est capable de rendre des comptes, de donner ses raisons. « Vous n’avez rien à faire ici » – c’est la première phrase que j’entends aujourd’hui lors d’un contrôle au carrefour de Belleville. » lundi matin

        J'aime

  2. journaldejane dit :

    Je parlerais d’humour glaçant…

    J'aime

  3. Anonyme dit :

    Les masques ? On en a pas. Donc, ça sert à rien, sinon à entraver les libertés publiques.
    Les vaccins ? On en a pas. Donc, il faut s’en méfier, au moins jusqu’au printemps prochain, le temps du recul nécessaire à l’expertise.
    (Les trotskos ont toujours eu un sens aigu de l’idiot utile)

    J'aime

    • Jacques d. dit :

      En effet, mais qui se serait douté qu’il se cachait à la préfecture de police… sacrée taupe et juste l’année (de justesse, il est vrai) de la disparition de John le Carré (qui, par ailleurs, n’était ni russe… ni allemand).

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s