Vu

Fog, John Carpenter (1980)

Un journaliste a demandé à Carpenter (par téléphone) ce qu’il pensait de la situation en faisant remarquer que beaucoup de gens avaient l’impression de se trouver dans un film écrit par le réalisateur. Carpenter a assuré en riant qu’il n’était pour rien dans la propagation du virus. C’est ce qui m’a donné l’idée de voir Fog, que les fans considèrent comme un de ses meilleurs films, et je dois avouer que ce fut assez décevant. Les contraintes d’un faible budget ont leur charme. Il peut se dégager une certaine poésie visuelle de plans sur des maquettes de rues lentement envahies par des fumées. De même, on peut suivre un petit groupe d’une dizaine de personnes en suggérant une population invisible prise de panique. Cela nous amène à un certain esprit d’enfance, celui qui est évoqué dans la première scène où une assemblée de mômes écoutent le récit de la légende du bateau naufragé quelques minutes avant minuit. Il aurait fallu découvrir le film vers 13 ans. Maintenant il est beaucoup trop tard pour frissonner et c’est bien dommage. À noter, la musique signée Carpenter qui parvient à créer à elle seule un climat de menace quelles que soient les images à l’écran.

Cet article, publié dans cinéma, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s