Revue de presse

Inondations, incendies, submersion marine, sécheresse : le changement climatique en cours accélère les phénomènes extrêmes.

« Les cumuls de précipitations observés ont été tout à fait exceptionnels. Plusieurs records absolus ont été battus, commente Véronique Ducrocq, de Météo France. Ce sont des intensités de pluie qui ne se produisent normalement qu’une fois par siècle. Et c’est la deuxième fois cette année que l’on atteint un tel cumul de plus de 500 mm sur l’arc méditerranéen, après l’épisode du 19 septembre dans le Gard. » Désormais, il ne faut plus se demander si de tels « épisodes cévenols » vont se répéter mais comment prévenir leurs dégâts… car plus l’eau se réchauffe, plus l’air est chaud et plus la pluie tombe dru. Les précipitations ne peuvent plus s’écouler en raison de l’imperméabilisation des sols et de l’urbanisation.

Science et avenir

Climat : « À ce rythme, on ne sera jamais à la neutralité carbone en 2050 », Corinne Le Quéré

A l’approche du cinquième anniversaire de l’Accord de Paris, noué le 12 décembre 2015 lors de la COP21, Corrine Le Quéré, climatologue franco-canadienne et présidente du Haut conseil pour le climat (HCC), tire le bilan des efforts menés par la communauté internationale pour le climat. Si cet accord international a poussé les Etats à s’engager dans la lutte contre le changement climatique, les efforts ne sont toujours pas à la hauteur.

Depuis cinq ans, les émissions de gaz à effet de serre (GES) continuent à augmenter. Certes plus faiblement qu’avant, mais il faut désormais que ces émissions globales baissent pour être dans une trajectoire compatible avec l’Accord de Paris. Alors que le prochain retour des Etats-Unis à la table des négociations devrait relancer la mobilisation internationale, la crise du coronavirus représente à la fois un gros risque et une opportunité pour le climat, estime la climatologue.

La Tribune

Réchauffement climatique. Novembre 2020 a été le mois de novembre le plus chaud dans le monde

Les températures ont été particulièrement élevées ce mois de novembre en Sibérie, sur l’océan arctique, une partie de l’Europe du Nord et des États-Unis, l’Amérique latine, l’ouest de l’Antarctique.

Et la banquise de l’arctique a été à son deuxième niveau le plus bas. Une situation inquiétante et qui souligne l’importance d’une surveillance globale de l’Arctique, qui se réchauffe plus vite que le reste du monde, a souligné Carlo Buontempo.

Alors que l’été austral commence à peine, l’Australie a elle déjà connu une première canicule, avec 48 °C enregistré à Andamooka en Australie-Méridionale, et de nouveaux incendies ravageant les forêts de Fraser Island, île de la côte est classée au patrimoine mondial.

Et l’Europe a connu son automne le plus doux jamais enregistré, avec une moyenne de 1,9 °C au-dessus de la période de référence, et 0,4 °C au-dessus du précédent record de l’automne 2006.

Ouest France

Pfff ! Tout ça c’est de la poudre de perlinpinpin qu’on jette aux yeux des bobos-écolos naïfs qui ont oublié la canicule de 1976. D’ailleurs, notre Grand Timonier ne s’est pas laissé impressionner par le terrorisme des khmers verts et les a sérieusement recadrés.

Cet article, publié dans actualités, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Revue de presse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s