John Fante par Philippe Garnier et Claude Ventura

Portrait de l’auteur de Demande à la poussière et évocation d’un monde disparu comme savait le faire Garnier lorsqu’il enquêtait sur les lieux où avaient vécu et travaillé les fantômes plus ou moins oubliés de Los Angeles. L’émission Cinéma, Cinémas (1982-1991) nous enchante toujours. Le travail de Claude Ventura y est pour beaucoup. La manière dont sa caméra se promène dans les images d’archives, zoome sur un regard et enchaine sur un traveling le long des bungalows de Malibu laisse de l’espace au spectateur pour rêver. A ne pas rater : l’interview de la veuve de l’écrivain qui décrit le jeune Fante comme « quelqu’un qui avait l’air dangereux ».

Pour info, le réalisateur partage ses photos sur Instagram.

Cet article, publié dans cinéma, livres, photographie, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour John Fante par Philippe Garnier et Claude Ventura

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s