Vu

Total Recall, Paul Verhoeven (1990)

A l’époque de sa sortie, c’était exactement le genre de film que je ne voulais absolument pas voir. Tout ce qui m’avait déplu dans l’esthétique des années 80 semblait s’y retrouver en condensé. Encore une erreur réparée. Il y a eu d’excellents films d’aventure pendant cette période et celui-ci figure en haut du top 5. J’ai lu le roman de Dick longtemps, trop pour pouvoir évaluer le degré de fidélité de l’adaptation sur le plan narratif. En revanche, pour les images, c’est très réussi La première partie est assez saisissante dans la mesure où c’est exactement le genre d’ambiance et de personnages que je visualisais en lisant. Schwarzenegger, que je prenais pour un débile sans avoir vu un seul de ses films, s’avère plutôt bon dans son registre, à la fois très expressif et capable d’auto dérision. Le ton du film est plutôt léger, le rythme trépidant ne faiblit jamais. Les interrogations métaphysiques au cœur du récit dickien sur la frontière indiscernable entre rêve et réalité sont évoquées rapidement. Priorité à l’action et aux rebondissements. Le spectateur ne s’en plaint à aucun moment.

PS : remarque personnelle. A la fin du siècle dernier, quand on voulait évoquer une période insouciante et optimiste, on se tournait vers les années 60. Maintenant, en regardant un film comme Total Recall, on en arrive à regretter le cynisme léger de cette période où l’on pouvait encore feindre de s’amuser de tout.

Cet article, publié dans cinéma, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Vu

  1. Jacques d. dit :

    Pratiquement tout Verhoeven est à (re)voir, un excellent (ra)conteur.

  2. Jules dit :

    Détail piquant, une bonne partie des scènes d’extérieur de cette cité du futur ont été tournées en plein centre-ville de Mexico (autour de la station « Insurgentes » pour être plus précis) ville qui se remettait à peine de son dernier tremblement de terre.
    On a tourné pas mal de films là-bas à l’époque, c’était moins cher. Un ami qui a été figurant dans quelques-uns était presque entièrement meublé avec le matos « récupéré » sur la plateau de « Dune ». C’était assez laid, d’ailleurs.

  3. Honoré DeZalbac dit :

    Comme quoi les a priori …….

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s