Halte !

Philip Guston, Scared Stiff (1970)

Le problème avec la connerie, c’est qu’on ne sait jamais jusqu’où elle peut aller. Il en est ainsi de la censure des œuvres, quel qu’en soit le motif. Une importante rétrospective de Philip Guston, un de mes peintres américains préférés, devait circuler dans plusieurs musées. Elle a été repoussée de trois ans au prétexte que la réception des œuvres de l’artiste pourraient s’avérer problématique au milieu des tensions raciales accrues et des manifestations en cours aux États-Unis et à l’étranger. Les musées expliquent qu’ils doivent travailler sur la présentation de l’exposition. On crois rêver, ou plutôt faire un cauchemar. Guston a peint dans une série de tableaux des membres cagoulés du Klan. So what ? Penser que des visiteurs puissent être assez bas de plafond pour voir dans ces toiles une apologie des tueries racistes commis par les suprématistes blancs est, comme l’a très bien dit l’historien de l’art Darby English, « un acte de condescendance ». Selon Robert Storr, auteur d’une biographie de l’artiste, juge durement la décision des musées : « an abject failure of imagination and nerve », une trahison envers l’art, l’artiste, le public. Encore un effort, on doit pouvoir aller un peu plus loin.

Sources :

« Philip Guston Blockbuster Show Postponed by Four Museums », The New York Times

« Philip Guston’s Daughter and Other Critics Speak Out Against Four Museums’ Decision to Postpone a Major Retrospective on the Artist » sur artnetnews

PS : il y a une reproduction d’une peinture de Guston dans le bureau de Bill. Dois-je le dénoncer à la Brigade de normalisation esthétique ?

Cet article, publié dans actualités, art contemporain, peinture, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Halte !

  1. journaldejane dit :

    Aucun rapport :
    Hommage en deux parties au grand Bolan
    https://www.franceinter.fr/emissions/very-good-trip

    J’aime

  2. Jacques d. dit :

    « He’s a drug store truck drivin’ man
    He’s the head of the Ku Klux Klan
    When summer rolls around
    He’ll be lucky if he’s not in town
    Well, he’s got him a house on the hill
    He plays country records till you’ve had your fill
    He’s a fireman’s friend he’s an all night DJ
    But he sure does think different from the records he plays
    He’s a drug store truck drivin’ man
    He’s the head of the Ku Klux Klan
    When summer rolls around
    He’ll be lucky if he’s not in town
    Well, he don’t like the young folks I know
    He told me one night on his radio show
    He’s got him a medal he won in the War
    It weighs five-hundred pounds and it sleeps on his floor
    He’s a drug store truck drivin’ man
    He’s the head of the Ku Klux Klan
    When summer rolls around
    He’ll be lucky if he’s not in town
    He’s been like a father to me
    He’s the only DJ you can hear after three
    I’m an all night musician in a rock and roll band
    And why he don’t like me I can’t understand
    He’s a drug store truck drivin’ man
    He’s the head of the Ku Klux Klan
    When summer rolls around
    He’ll be lucky if he’s not in town
    He’ll be lucky if he’s not in town »

    J’aime

  3. Jacques d. dit :

    Mais on peut aimer aussi les Kinder Bueno

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s