Vu

Les Choses de la vie, Claude Sautet (1970)

Je n’ai jamais réussi à tenir au-delà de quelques minutes devant un film de Sautet. Par scrupule, et aussi un peu par curiosité, je me suis dit que je devais en voir un en entier une fois dans ma vie. Je ne regrette pas, même si cela ne m’a pas fait changer d’avis au sujet de l’intérêt des films de ce réalisateur. Le titre aurait dû être Les choses de la vie bourgeoise dans la France pompidolienne. Sur un scénario digne d’un roman photo offert par le Figaro, on peut voir Piccoli fumer des Celtiques, essayer de téléphoner dans un bureau de poste de province, conduire une Alfa Romeo Giulietta Sprint et se préoccuper de ses histoires sentimentales. So seventies. La réalisation reflète bien la fascination que suscitaient les accidents automobiles avec les tonneaux filmés au ralenti et l’attroupement de curieux (l’occasion de montrer les gens du peuple). Quand le film se termine, on se dit que la bourgeoisie n’a pas beaucoup changé en cinquante ans.

PS : reconnaissons à Sautet le mérite d’avoir confié un bref second rôle à Boby Lapointe qui crève l’écran.

Cet article, publié dans cinéma, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Vu

  1. Jean Tienhain dit :

    Il n’y a que trois cordes à mon banjo pourri,
    Une qui rêve, une qui pleure, une qui rit.
    Celle qui pleure, je fais semblant qu’elle rit
    Et celle qui rêve j’en joue que dans mon pays.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s