Revu

Mon oncle d’Amérique, Alain Resnais (1980)

A l’époque, j’avais voulu voir ce film à cause d’Henri Laborit dont les thèse exposées dans Éloge de la fuite et quelques autres livres m’avaient parues éclairantes. Quelques années plus tard, j’ai fait un tabac lors d’une épreuve de cinéma dans un concours d’enseignement en commentant un extrait du film de Resnais, un plan sur une tortue en mouvement avec la voix de Laborit en off si mes souvenirs sont exacts. Je me demande encore comment j’ai réussi à bluffer le jury avec des théories sur le montage cinématographique que j’avais vaguement étudiées à la fac. En revoyant le film, je me dis que ce n’était peut-être pas si fumeux. Resnais s’amuse en effet à composer un subtil réseau d’échos entre théorie et fiction en jouant précisément sur le montage, comme lorsqu’il insert des plans de vieux films en noir et blanc avec Gabin et Jean Marais. C’est de la vulgarisation scientifique très haut de gamme. Et aussi une occasion de redécouvrir à quel point Depardieu fut un grand acteur.

Cet article, publié dans cinéma, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Revu

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s