On the beach

Hier, les forains chargeaient les pièces du manège démonté dans un camion garé sur le parking de la plage. Les gestes étaient précis, les visages (non masqués) étaient graves, pas un mot n’était échangé. Menace, inquiétude. Le ciel nuageux et gris était raccord avec l’ambiance qui se dégageait de la scène. Nous avons ensuite joué sur le sable avec le chien. La plage était déserte pour la première fois de l’arrière saison. A un endroit, quelqu’un avait réalisé une petite construction en galets qui évoquait une sorte de temple.

Cet article, publié dans Journal, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s