Lecture

Les écrivains américains traduits dans la Série noire savaient y faire. Charles Williams, dont je viens de déguster Peaux de bananes, allie un solide sens de la narration (dialogues, descriptions, coups de théâtre) et un style très visuel. Le lecteur tourne les pages en oubliant les menaces qui l’entourent tout en se faisant son petit film personnel. La Mare aux diams démarre par un prologue intriguant : les marins d’un cargo montent sur un voilier déserté qui dérive dans le Golfe du Mexique. L’équipage, probablement un homme et une femme, a mystérieusement disparu récemment. Ils ont laissé derrière eux une grosse somme d’argent et un carnet de bord sur lequel se penche le capitaine. Le début du premier chapitre correspond aux premières lignes du document retraçant l’histoire du bateau abandonné. C’est simple, direct, efficace. A signaler : il s’agit de l’édition originale de 1956.

Cet article, publié dans livres, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s