Lecture

Il s’agit de l’édition originale de 1949. Peter Cheney fait partie des premiers auteurs américains publiés dans la Série Noire. La traduction utilise un argot désuet dont on se demande s’il n’a pas été en partie recréé, voire carrément inventé par le facétieux couple Vian. Le style relâché est censé retranscrire le style hard-boiled des publications originales. Le héros de Cheney, vous le connaissez même si vous n’avez jamais ouvert un de ses roman : il s’appelle Caution, Lemmy pour les dames et il a été interprété au cinéma par Eddie Constantine. Il aime bien les belle femmes, qu’il appelle les « poules ». Les passages où il se laisse à exprimer son ressenti à leur sujet risqueraient de faire sursauter un sensitivity reader. C’est peut-être ce ton plein d’insouciance un peu débile, bien avant le politiquement correct, qui rend la lecture de ces vieux polars si exotique. Dans le bouquin, Lemmy n’est pas insensible au charme d’Henrietta, un « beau morceau » que notre poète décrit en ces termes : « Elle a une espèce de tissu mince sur les épaules, c’est du tulle ou ce que vous voudrez et toutes les fois qu’elle bouge son bras, ça vaut le coup d’ouvrir l’œil. ». C’est pas joli ?

Cet article, publié dans livres, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s