Sunday song

Cet article a été publié dans songs. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

25 commentaires pour Sunday song

  1. Jacques d. dit :

    Alors là, non. Carrément non. « Murder Most Foul » était l’épiphanie, l’instant de grâce, dix sept minutes d’élégance se lovant entre école minimaliste américaine et poésie stoïquement sonore, a perfect mood et des lyrics à la hauteur du flow. « Piano in the background » disait le Duke mais piano que Bobby ramène, tranquille, in the foreground
    Mais là, ce « False Prophet »,ce blues bas-du-cul, ce machin mouliné machinalement, inodore, incolore à la saveur rancie, le genre de morceau qu’on balance en rappel lors du concert en solidarité avec l’EPHAD local, histoire de dire qu’on n’est pas chien, qu’on a encore dans sa poche un ou deux os qu’on laissera ronger au public peu regardant et dodelinant de la tête, chenue la tête. Le degré zéro de la composition, instantanément et paresseusement pissée au moment de taper le bœuf (qui, pourtant, ne lui a rien fait méritant pareil traitement, animal paissant paisible). Ici, le Prix Nobel perd beaucoup de sa noblesse.

  2. Anonyme dit :

    Dylan « degré zéro de la composition » comme d’aucuns avaient qualifié les Ramones de « degré zéro du rock » à la sortie de leur premier album ?

    • Jacques d. dit :

      « Suivez le bœuf » ?
      Du blues balourd, n’importe quel orchestre de baloche en démoule 5 ou 6 de la même eau de vaisselle, à la suite les uns des autres. Ce « false prophet » ne ramone guère les oreilles.

      • Anonyme dit :

        Là où il est, faut-il attendre de Dylan un blues chiadé de musicien de studio payé au set, un blues d’école de musique ?

      • Anonyme dit :

        Cela dit, après avoir écouté deux morceaux du double album à venir, voir dans l’un un pur moment de grâce et dans l’autre le degré zéro de la composition, c’est plutôt de bonne augure, non ?

      • Anonyme dit :

        Bon augure, sorry

  3. Anonyme dit :

    Rough!

  4. journaldejane dit :

    Un peu de lecture en attendant de pouvoir sortir dans la rue en hurlant « Sex, drug, rock n’ roll ! ».
    https://gonzai.com/little-richard-architecte-de-la-sauvagerie-dans-le-rocknroll-americain/

    • Anonyme dit :

      « Little Richard is twice as important as the Beatles and the Stones put together. » (Gene Vincent)
      Ouch! Quelle entrée en matière ; à quoi bon poursuivre la lecture ?

  5. Jacques d. dit :

    Bon, o.k,, un bon long morceau, un autre que l’on pourra zapper… ça laisse espérer tout de même de cet album (double ?)… mais, surtout, plus d’autre blues (bas-du-cul ou pas), c’est pas son truc (ou alors dans le genre d’autrefois, façon « if dogs run free » dans « new morning »… mais pas le machin qui tire la langue en comptant les mesures)

  6. Anonyme dit :

    Outlaw Blues!

    • Jacques d. dit :

      Avec eux ça sonne comme « Memphis Tennessee » passé en 78 tours… C’est dans ces moments là où je peine à croire au blues électrique (« l’abomination » en la matière, pour moi, étant le Chicago blues et sa métrique militaire) et pourquoi je reviens toujours à Blind Willie McTell, Blind Willie Johnson, Blind Gary Davis, Son House, Casey Bill Weldon, Lonnie Johnson, etc., quand ça déborde un peu, quand le phrasé s’évade un moment, quand l’accord, hop là, prend la tangente… Mais bon, chacun ses goûts, hein !

      • journaldejane dit :

        J’aime les deux, Son House ET Jimmy Reed, Blind Willie Johnson ET Howlin’ Wolf. Et je vais même jusqu’aux blanbinots à la Johnny Winter ou Allman Brothers Band. Chacun son truc.

  7. Anonyme dit :

    Double ? Oui, semble-t-il. Après Blonde on Blonde, comment ne pas radoter ?

  8. Jacques d. dit :

    La batterie ! Un drame, souvent.

  9. Anonyme dit :

    11/5/2020 00/48

  10. Anonyme dit :

    Out for a ride

  11. Jacques d. dit :

    Le blues de l’Hors-Toutes-les-Lois :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s