Promenade du chien en période de confinement

La journée avait pas trop mal commencé. Certes, les ricanements de Demorand qui squatte la fréquence de France Culture avaient un peu gâché mon petit déjeuner à base de biscottes (plus de pain). Retour à mon coin bureau où j’ai passé en revue les dernières nouvelles sans trouver de motif de réjouissance. A un moment, l’ordinateur a passé en lecture aléatoire une chanson qui m’a fait lever la tête. C’était Hank Williams qui chantait The Angel of Death.

Dehors, il faisait un temps splendide, printanier jusqu’à l’indécence. J’ai pensé qu’utiliser mon kilomètre autorisé pour la promenade du chien ne pouvait pas nous faire de mal à tous les deux.

Départ du basement sous un magnifique ciel bleu. En descendant vers le port, j’ai vu une seule personne, un type sur la jetée qui prenait des photos de la plage déserte. Il était habillé comme pour un mariage, gilet noir, chemise blanche et pantalon de costard. Nous nous sommes salués comme on le fait lorsqu’il n’y a aucun autre être humain dans tout le secteur. Il a dit quelques banalités genre « c’est dommage de voir des plages comme ça » « c’est triste » et puis « ça va laisser des traces ». « C’est sûr », ai-je opiné en maintenant mes distances. Et là, soudain, j’ai compris pourquoi il avait l’air chamboulé, à deux doigts de craquer. C’était pas à cause de la plage déserte. « Je travaille dans le funéraire à Angers », il a fait. J’ai réalisé que l’espèce de camping-car gris anthracite garé à côté de nous était son véhicule et c’était un corbillard. Il n’a pas voulu ou pu en dire d’avantage. Je n’ai pas vraiment cherché à le questionner sur son activité. Je lui ai juste souhaité bon courage, il m’a remercié et puis chacun a repris sa route. Le fait de me retrouver avec mon petit chien insouciant m’a fait du bien pendant le reste de la promenade. Un peu plus tard, de retour au basement, j’ai entendu les cloches de l’église qui sonnaient le glas au loin et j’ai pensé que le scénariste en faisait un peu trop.

Cet article, publié dans Journal, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Promenade du chien en période de confinement

  1. journaldejane dit :

    En réponse aux questions de l’ami Joseph qui se demandait si les choses étaient mieux gérées ailleurs. En Allemagne, il semblerait que ce soit moins pire…
    « Si l’urgence est de gérer cette pénurie, une fois la pandémie passée, l’Etat devra analy­ser cette faillite logistique. D’autant que la pénurie de masques n’est pas le seul pro­blème logistique que nous rencontrons ! Ne pouvant réaliser que 2 500 tests par jour, n’ayant que 7 000 lits de soins intensifs avec assistance respiratoire, la France n’a eu au fond d’autre choix que d’adopter la stra­tégie du confinement pour éviter d’engor­ger ses hôpitaux.A côté de nous, l’Allemagne, avec ses labo­ratoires pouvant réaliser 12 000 tests par jour, ses 25 000 lits, a pu mettre en place une stratégie de dépistage précoce dont la Corée du Sud a démontré l’efficacité, et dis­pose de plus de latitude face au pic épidémi­que. Ainsi, alors que nos voisins ont les moyens logistiques d’une stratégie, nous adaptons notre stratégie à nos faibles moyens logistiques.Finalement, cette gestion sanitaire fran­çaise ne fait que confirmer le déficit struc­turel de vision logistique qui existe au som­met de l’Etat. On rappellera ainsi que l’in­dice de performance logistique de la Banque mondiale place l’Allemagne au 1er rang et la France au 15e. Que l’Allemagne a mis en place une stratégie dès 2010, alors que la France commence à peine à la dé­ployer. Espérons que cette faillite, et l’hé­ roïsme actuel de tous les acteurs, fasse en­fin comprendre aux politiques le rôle stra­tégique de la logistique. » (Aurélien Rouquet, Le Monde, 25 mars 2020)

    • journaldejane dit :

      Est-ce « trop » (dixit l’ami Joseph) ?
      Extrait de « J’ai la rage », tribune de Claude Baniam psychologue à l’hôpital de Mulhouse
      « Je suis en colère et j’ai la rage, quand je me souviens des premiers de cordée censés tenir notre pays, censés être le fer de lance de notre pays, censés nous amener, nous, petites gens, vers des sommets ; et que ce sont ces petites gens, ces caissières de supermarché, ces éboueurs dans nos rues, ces ASH dans nos hôpitaux, ces agriculteurs dans les champs, ces manutentionnaires amazone, ces routiers dans leurs camions, ces secrétaires à l’accueil des institutions, et bien d’autres, qui permettent aux habitants de continuer de vivre, de se nourrir, de s’informer, d’éviter d’autres épidémies… Pendant que les premiers de cordée lorgnent leur respirateur artificiel personnel, le prospectus de la clinique hi-tech dernier cri qui les sauvera au cas où, regardent les fluctuations de la Bourse comme d’autres comptent les cadavres dans leur service.

      Je suis en colère et j’ai la rage envers ces hommes et ces femmes politiques qui n’ont eu de cesse de détruire notre système social et de santé, qui n’ont eu de cesse de nous expliquer qu’il fallait faire un effort collectif pour atteindre le sacro-saint équilibre budgétaire (à quel prix ?) ; que «les métiers du soin, c’est du sacrifice, de la vocation»… Ces politiques qui aujourd’hui osent nous dire que ce n’est pas le temps des récriminations et des accusations, mais celui de l’union sacrée et de l’apaisement… Sérieux ? Vous croyez vraiment que nous allons oublier qui nous a mis dans cette situation ? Que nous allons oublier qui a vidé les stocks de masques, de tests, de lunettes de sécurité, de solutions hydroalcooliques, de surchaussures, de blouses, de gants, de charlottes, de respirateurs (de putain de respirateurs tellement primordiaux aujourd’hui) ? Que nous allons oublier qui nous a dit de ne pas nous inquiéter, que ce n’était qu’une grippe, que ça ne passerait jamais en France, qu’il ne servait à rien de se protéger, que même pour les professionnels, les masques, c’était too much ? »
      Le texte en entier ici

  2. Anonyme dit :

    Why walk the dog?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s