Lu

Il s’agit de l’édition originale (1966). J’ai trouvé ce précieux exemplaire au fond d’une armoire dans une maison bretonne. Il reposait là depuis quelques décennies en compagnie d’autres volume de la collection mythique. Le propriétaire m’encourageait à me servir. « Ces livres policiers, disait-il, une fois lus, on s’en débarrasse, on les donne. » Fort bien. Puisque vous insistez, je vais prendre aussi le Chandler et quatre ou cinq autres. La première fois que j’ai essayé de lire 1275 âmes, j’ai bloqué sur la traduction de Duhamel que je trouvais datée. C’était idiot. Cette langue rythmée, argotique et cependant relativement tenue est un régal. J’apprécie également le ton de Thompson, ce mélange de noirceur et de cynisme cool, une lucidité indemne de toute aigreur mais qui ne fait de cadeau à personne. On serait tenté de parler d’un univers buzynien (au sens de glauque, totalement dénué de scrupule). En même temps, l’intrigue est très bien ficelée, avec du suspens et des coups de théâtre comme il se doit dans un volume de la Série noire.

Extrait : le narrateur est shérif d’une petite ville. Il a tué deux souteneurs qui l’énervaient. Il pensait avoir fait disparaitre leurs cadavres en les balançant dans la rivière. Mais il reçoit une visite…

Cet article, publié dans livres, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

20 commentaires pour Lu

  1. Zorglub dit :

    Le titre original est « Pop. 1280 » ! Où sont passés les 5 autres habitants ? 😀

  2. Jacques d. dit :

    Dans le genre mauvais, celui-ci m’amuse beaucoup :
    http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=221682.html
    et, pour revenir au bon goût, un des grands films de l’année 2018 :
    http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=258369.html

  3. Joseph Destale dit :

    Un autre genre de lecture, genre tome 2 de l’Armée des 12 singes :
    https://www.latribune.fr/economie/international/non-la-normalite-ne-reviendra-pas-842865.html

    • journaldejane dit :

      Lecture intéressante (faute d’être réjouissante). Je n’ai pas l’habitude de lire cette gazette. Sa rubrique « bourse » signale un CAC 40 à la hausse. N’est-ce pas l’essentiel, cher Joseph ?

      • journaldejane dit :

        En attendant de pouvoir vérifier les visions des futurologues, dans le présent :
         » Vu de l’étranger.
        La pénurie de masques en France symbolise le délabrement du système de santé
         »
        Le manque de moyens auquel font face les personnels soignants français dans la crise du coronavirus étonne la presse étrangère. Celle-ci ne manque pas de faire le parallèle avec la situation critique que dénoncent les professionnels médicaux depuis plusieurs mois. Courrier International

    • Jacques d. dit :

      en effet, il ne viendra pas même si Lemaire-Darmanain-Pénicaud endossent le costume lors de leur futur appel à mettre nos mains au portefeuille pour renflouer celui des actionnaires… On n’a pas fini de se fumer de la Christine Lagarde (sans son Michard) et de l’Ursula von der Leyen… Oh bordel pas ça !!!!

  4. Anonyme dit :

    Tea time

  5. joseph de Stale dit :

    On veut partager une élévation de l’esprit et crac on se prend un bourre pif. Et dès qu’on murmure un avis plus subtil, on est forcemment un macroniste – de plus plein aux as comme de bien entendu – (Mon pauvre monsieur, si vous saviez)
    Petite anecdote en passant – et ceci n’excuse pas cela mais c’est un parallèle – ma belle famille allemande est en Bavière et travaille dans les hopitaux – ben là-bas pas de masques non plus. Faudrait peut être s’aérer la tête et quitter son Landerneau comme on dit chez moi (je suis du cap Sizun – révélation !)

    • journaldejane dit :

      Pas de bourre pif de mon côté, juste une légère irritation provoquée par cette équipe qui se prend en pleine face (comme les allemands et les européens en général) les effets d’une politique de « rigueur » à laquelle, ironie suprême, ils doivent maintenant brutalement renoncer.

      • journaldejane dit :

        « Voilà un fameux paradoxe : c’est à un hôpital public dont les acteurs clament depuis des mois qu’il est en détresse et en survie précaire et à qui on objectait les contraintes budgétaires pour leur refuser un apport financier à hauteur de leur demande, qu’il incombe aujourd’hui de sauver la patrie en danger. Je ne sais pas moi, mais si j’étais un de ces responsables, notre empathique président au premier chef, qui à longueur d’antenne font, des trémolos dans la voix, l’éloge du dévouement de nos soignants (notez l’affectueux possessif sans doute comme une excuse), je serais dans mes petits souliers. Parce que ce sont eux, justement, les responsables de ce paradoxe, eux qui, l’urgence sanitaire ne peut le faire oublier, ont depuis des décennies, et sans solution de continuité d’un gouvernement à l’autre, imposé au système de santé ce business model asservi à la doxa libérale qui l’a mis au bord du gouffre. » Libération

      • Anonyme dit :

        Résistons surtout au modèle chinois

  6. Jacques d. dit :

    Ah ! Le CAC 40 mais ce Cloaque, comme en Quarante !
    (comme en quarante est une expression qui ne s’utilise plus que comme survivance linguistique en voie de disparition mais qui a couru longtemps dans ma famille… j’aimais bien, je trouvais la formule curieuse mais qui sonnait bien) et j’ai plaisir à la sortir de la naphtaline.
    Le COUAC 40 ? J’aime aussi. Au claque à 40… c’est plutôt D.S.K !

  7. Anonyme dit :

    > S’en foutre comme de l’an 40 avant Jésus Christ, la formule vous dit ? (mais pourquoi j’hésite à m’abonner à la chaîne ?)

    • Jacques d. dit :

      Oui, je l’ai aussi entendue… l’an 40 avant J.C… si « comme en quarante » ne ramène que 80 années en arrière, celle-ci est comme prendre un TGV pour les abîmes du temps. La symbolique des chiffres et des nombres me laisse froid mais suis intéressé par la récurrence de certains d’entre eux, sorte de mantra spatio-temporel que récitent des générations oublieuses de l’amnésie généralisée : les 40 jours et 40 nuits du Déluge, les 40 années d’annuités avant retraite (bon, celle-ci, on l’oublie, « Merci Pacron ! »), Ali Baba et les 40 banquiers…
      Souffle court, la montée lui fut rude, A. Hitchcock s’arrêta juste avant, sur la 39° marche… caramba encore raté !

      • journaldejane dit :

        Encore des chiffres (mais pas de 40 à l’horizon)
        C’est en 2013 qu’a été décidé par la ministre Mme Touraine l’abandon du stock stratégique de 723.000.000 masques.
        Il peut être intéressant de noter que parmi les membres du cabinet de la ministre hollandaise on trouvait quelques figures de la macronie actuellement aux affaires (losqu’ils ne sont pas recyclé dans la vidéo) :
        – Jérôme Salomon (sécurité sanitaire),
        – Benjamin Griveaux (conseiller)
        – Gabriel Attal (conseiller)
        Mais… Comme dirait Columbo, il y a un truc qui me chiffone…

        (source)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s