Andee Nathanson

Image may contain Human Person Clothing Undershirt and Apparel
Gram Parsons at Marlon Brando’s piano, 1968
Image may contain Clothing Apparel Human Person and Finger
Mick Jagger in Joshua Tree, California, 1969
Image may contain Human and Person
Pamela Des Barres, Holmby Hills, Los Angeles, 1968

Personne, ou presque, ne connaissait ces photographies avant la parution du livre Andee Eye: Photos and Tales From the Archive, 1965–1978. Grace à Andee Nathanson et à ses précieux clichés, nous pouvons vérifier que ce monde perdu a vraiment existé.

« Le monde documenté par Nathanson, bien sûr, a disparu depuis longtemps, remplacé par de simples mythes. Ses photos, cependant, font plus que simplement réanimer l’époque : prises comme si elles étaient de l’intérieur de l’œil de l’ouragan – et sans prétention, sans publicistes et sans autre objectif que de se faire plaisir et de faire une sorte d’art à partir de la vie qu’elle vivait – les images dans Andee Eye sont (pour voler le tour de phrase d’un ami) «un appel de trompette mystérieux sur un champ de bataille perdu». Traduction approximative (by Google) d’un extrait de l’intéressant article paru dans Vogue. A lire en entier ici.

Cet article a été publié dans photographie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Andee Nathanson

  1. journaldejane dit :

    « La casse du siècle. A propos des réformes de l’hôpital public » (Raisons d’agir, 2019)
    Les couloirs transformés en hébergements de fortune, des personnels de santé au bord de la crise de nerfs, des mobilisations récurrentes, l’hôpital public est mis à rude épreuve. Ce livre propose une analyse des politiques hospitalières successives qui ont abouti à la crise actuelle. Une véritable casse de ce service public est engagée par des réformateurs adeptes de l’acculturation de l’univers médical à des logiques managériales qui contredisent son bon fonctionnement. À l’encontre de toute évidence, les défenseurs d’une réorganisation du travail continuent de promouvoir à la fois des indicateurs de rentabilité ineptes et une vision techniciste de la médecine qui prétend substituer l’innovation aux relations humaines. Alors que la montée de la précarité et des souffrances sociales née de décennies de politiques néolibérales conduit une part croissante de la population à trouver refuge dans des services hospitaliers sous tension, l’hôpital se trouve devoir résister aussi bien aux manquements de la médecine de ville qu’à la concurrence de cliniques privées largement dispensées des obligations de service public. À l’heure où les mobilisations pour le défendre s’intensifient, un débat s’impose sur les missions de l’hôpital et les moyens qui lui sont accordés.

    source

    • journaldejane dit :

      « Quel cynisme que d’imputer à la propagation du fléau la déplorable insuffisance des moyens médicaux mis en œuvre ! Cela fait des décennies que le bien public est mis à mal, que le secteur hospitalier fait les frais d’une politique qui favorise les intérêts financiers au détriment de la santé des citoyens. Il y a toujours plus d’argent pour les banques et de moins en moins de lits et de soignants pour les hôpitaux. Quelles pitreries dissimulera plus longtemps que cette gestion catastrophique du catastrophisme est inhérente au capitalisme financier mondialement dominant, et aujourd’hui mondialement combattu au nom de la vie, de la planète et des espèces à sauver. » Raoul Vaneigem
      texte en entier ici

      • journaldejane dit :

        Coronavirus : « On n’est pas de la chair à canon », s’indigne le président de la Fédération des médecins de France face à la pénurie de masques

        Atteint lui-même du coronavirus après un contact avec un patient, le docteur Jean-Paul Hamon appelle d’ores et déjà le gouvernement à tirer les leçons de cette crise sanitaire sans précédent.

        Quoi qu’il arrive, pour Jean-Paul Hamon, il faudra tirer les leçons de cette crise. « L’administration devra rendre des comptes ! Je veux une commission d’enquête pour savoir comment on a pu laisser la France sans protection », annonce-t-il. « J’espère que le gouvernement aura compris l’importance d’avoir un système de santé qui fonctionne. Je l’espère vraiment », répète le docteur de 73 ans, lui-même atteint du coronavirus et donc placé en quarantaine.

        source

        J’ajoute que cela ne signifie pas envoyer les responsables (y compris Touraine et Valls) travailler dans des camps disciplinaires surveillés par des gardes rouges…

      • journaldejane dit :

        « Au fond, tout se passe comme si les autorités politiques avaient accepté l’idée d’une dissémination généralisée et homogène du virus sur l’ensemble du territoire. Rien n’est plus dangereux ! Même Boris Johnson a fini par l’admettre. Certaines régions, certaines villes sont beaucoup plus touchées que d’autres. Il est encore temps, en adoptant les bonnes mesures, d’empêcher la généralisation de l’épidémie.
        Après nous avoir dit qu’il y aurait des masques pour tout le monde, on découvre aujourd’hui qu’il y a pénurie. Et du coup, l’on entend dire que les masques, mis à part le cas particulier des personnels soignants, ne servent à rien. Ah bon ? Une famille confinée dont l’un des membres, atteint non gravement du coronavirus ou malade mais pas testé, à qui on a dit de rester chez lui, ne devrait pas en bénéficier ? Même à cinq dans un deux ou un trois-pièces ? Et dans les Ehpad ? Cela ne servirait à rien de fournir des masques aux personnes et aux pensionnaires susceptibles d’avoir été contaminés ? On pourrait multiplier les exemples.
        Qu’en est-il des tests de dépistage ?
        Même chose pour les tests. Après nous avoir dit qu’il n’y aurait pas de problème d’approvisionnement, on apprend qu’ils sont délivrés au compte-gouttes, et que de toute manière, puisque, le stade 3 est advenu, ils ne servent plus à rien pour les malades qui n’ont pas besoin d’être hospitalisés. » Le Monde

  2. lynxxe dit :

    Merci de vos revues de presse. J’y trouve toujours des infos qui m’intéressent, et là Raoul Vaneigem, ça fait du bien. Et puis je ne vais pas bouder une photo de Mick Jagger ! 😉 Je vous suis depuis bien longtemps avec grand plaisir mais sans rien dire, et finalement le coronamachintruc s’avère aussi être un initiateur de contact.

    • journaldejane dit :

      Cela fait partie des effets bénéfiques collatéraux du virus : moins de CO2, plus d’échanges gratuits (peut-être le début de quelque chose, comme veut le croire cet indécrottable utopiste de Raoul).

      • journaldejane dit :

        C’est l’heure de la prière

      • journaldejane dit :

        Bien joué !
        « Devant le Sénat, le gouvernement a réaffirmé sa volonté de revenir dans sa loi « urgence coronavirus » sur certains acquis sociaux, comme les congés payés ou les 35 heures. Des mesures qu’il annonce « provisoires »… tout en refusant d’inscrire une date limite dans le texte.
        A la guerre comme à la guerre, répète le gouvernement. D’où l’idée d’introduire dans la loi « urgence coronavirus », qui doit être votée définitivement ce vendredi 20 mars, une réforme importante du droit de travail. Et surprise, le texte adopté par le Sénat ce jeudi dans la nuit ne prévoit aucun caractère « provisoire » ou « exceptionnel » pour la nouvelle loi. En clair, les mesures prises prendront un caractère définitif. Plusieurs acquis sociaux pourraient être rognés, comme le droit aux congés payés ou la durée hebdomadaire de travail. Le tout sous la pression du patronat. » Marianne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s