Touché !

On doit se sentir fort lorsqu’on réussi un tir en plein dans l’œil d’un manifestant en train de parler tranquillement avec un journaliste comme ici, place d’Italie à Paris, le samedi 16 novembre. Ceux qui réussissent un tel tir, en produisant autant de dégâts chez un membre de « l’autre camp« , reçoivent-ils une récompense de la part du préfet ou une promotion de la part du ministre ? Bientôt une nouvelle distribution de médailles ? Ce n’est pas exclu. Ah j’oubliais : l’IGPN est saisi.

(source)

Cet article, publié dans actualités, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Touché !

  1. journaldejane dit :

    Anne-Sophie Simpere, d’Amnesty International
    « Manifestement, ce week-end, il n’y a pas eu de changement de stratégie de l’usage de la force dans les manifestations. Une stratégie répressive semble avoir été conservée, notamment place d’Italie avec un usage massif de gaz lacrymogène, et dans deux cas qui, sous réserve de confirmation par une enquête, font état d’un usage excessif de la force. Celui d’un journaliste blessé au visage, et d’un manifestant touché à l’œil par un lancer de grenade. Selon la vidéo, il ne commettait manifestement aucun acte délictueux, donc l’usage de la force n’était pas nécessaire et disproportionné, donc illégal. Il faudrait déterminer s’il a été touché accidentellement ou s’il a été visé, mais cela questionne le respect des règles d’usage de cet arsenal, qui devrait en aucun cas être lancé à hauteur du visage. On déplore de nouvelles blessures graves. Encore une fois, le droit de manifester a été mis en danger : une manifestation légale a été annulée et plusieurs témoignages sont remontés de gilets jaunes, venus manifester pacifiquement sur la place d’Italie et qui en ont été empêchés. Il est regrettable que le ministère de l’Intérieur donne l’impression de ne pas avoir revu sa copie en termes de stratégie de maintien de l’ordre. »
    Libération

  2. journaldejane dit :

    La compagne de Manu, le manifestant blessé à l’œil après avoir reçu une grenade lacrymogène lors de l’acte 53 samedi à Paris, a indiqué à «CheckNews» que l’homme avait perdu l’usage de son œil.
    Libération

    • journaldejane dit :

      On sait que les enquêtes de l’IGPN n’aboutissent pas faute pouvoir identifier les auteurs de tirs tendus en plein visage. A ce sujet :
      « Le policier ou le gendarme exerce ses fonctions en uniforme. Il peut être dérogé à ce principe selon les règles propres à chaque force. Sauf exception justifiée par le service auquel il appartient ou la nature des missions qui lui sont confiées, il se conforme aux prescriptions relatives à son identification individuelle. »

      « Oui, les textes nationaux prévoient le port du matricule pour tous les policiers et gendarmes », reconnaît Christophe Mirmand, préfet de la région Bretagne. « La seule exception, à ma connaissance, c’est la présence d’équipements spéciaux dans des circonstances particulières, ce qui n’était pas le cas lors de ces manifestations. »

      Il confirme également que ces derniers sont tenus de fournir leur numéro de matricule sur demande.
      Le Monde

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s