Revue de presse

Tir de LBD sur Lilian, 16 ans : la plainte de sa mère classée sans suite

Le parquet a classé sans suite la plainte de Flaure Diesse, concernant le tir de Lanceur de balles de défense (LBD) qui a touché son fils le 12 janvier 2019 lors d’une manifestation de Gilets jaunes à Strasbourg. Selon une source proche du dossier, ce classement sans suite trouve son origine dans l’enquête de l’inspection générale de la police nationale (IGPN) sur l’affaire Lilian, du nom du jeune de 16 ans gravement blessé à la mâchoire, alors qu’il ne manifestait pas… Puisque l’auteur du tir de LBD n’a pas été identifié, il n’est pas possible pour le parquet de poursuivre au pénal. Rue89

Comment la police des polices protège les siens

Blanchir les policiers. Dédouaner les responsables. Et ne retrouver sous aucun prétexte les auteurs du tir et des coups qui ont changé la vie de Maria, 19 ans, qui rentrait chez elle après sa journée de travail à Marseille, le 8 décembre 2018, samedi de mobilisation des « gilets jaunes » et de manifestation contre les logements insalubres. À la lecture des pièces du dossier, que Mediapart a pu consulter, ce sont les seuls objectifs que semble s’être donnés l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), la police des polices.

Le 30 avril, le procureur de la République de Marseille a ouvert une enquête préliminaire pour « violences aggravées » par trois circonstances : elles auraient été commises par des personnes dépositaires de l’autorité publique, en réunion et armées. Dans ce cadre, l’IGPN a été saisie, puis son enquête versée à l’information judiciaire enclenchée fin juillet.

Il y a quelques jours, le 31 octobre, le ministère de l’intérieur vantait encore la transparence de l’IGPN en annonçant que sur les 313 enquêtes judiciaires pour violences policières pour lesquelles elle avait été saisie, la police des polices avait transmis les deux tiers à la justice. Mais transmis quels éléments ? Après quelles enquêtes ?

Aucune mesure n’a à ce jour été prise à l’encontre du moindre policier. Cet été, déjà, la cheffe de l’IGPN, Brigitte Jullien, réfutait « le terme de violences policières » et déclarait au Parisien que s’il n’y avait pas de policier suspendu, c’était « parce qu’aucune enquête n’a[vait] permis de conclure que la responsabilité d’un policier était engagée à titre individuel ». Mediapart


Sibeth Ndiaye refuse de parler de «violences policières» mais admet des «erreurs»

Des violences policières ? Où ça ? Pas en France en tout cas, selon Sibeth Ndiaye. Dans la droite lignée d’Emmanuel Macron, la porte-parole du gouvernement récuse, ce matin sur France Culture, le terme même de «violences policières», «sémantiquement parlant». Ndiaye reconnaît toutefois que des «erreurs» ont pu être commises depuis un an et le début du mouvement des gilets jaunes. «On a connu une violence politique, légitimée, telle que nous n’en avions pas connu depuis extrêmement longtemps, ajoute-t-elle. […] Face à cette violence, il y a eu une adaptation de la stratégie de maintien de l’ordre. Peut-être qu’il y a eu des erreurs, mais nous avions à faire à une violence inédite.» La question est donc de savoir si les «erreurs» font moins mal que les «violences». Libération

Cet article, publié dans actualités, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Revue de presse

  1. journaldejane dit :

    Les trolls macroniens dorment-ils encore ou bien, devant l’ampleur de la tâche, ont-ils renoncé à justifier systématiquement les violences policières et les « enquêtes » de l’IGPN ?

  2. Anonyme dit :

    A «Libération», deux logiques journalistiques entrent en collision. L’une pratique le culte de la transparence, l’autre le confidentiel
    https://www.liberation.fr/debats/2018/10/14/checknews-et-chez-pol-sont-dans-un-bateau_1685258

  3. Anonyme dit :

    Que vous sembliez pour une fois douter un peu de vous même au point de censurer à tour de bras un avis un peu différent du vôtre ne peut que m’encourager à poursuivre ; je vous aime bien

  4. Anonyme dit :

    itou. Il paraît qu’elle porte conseil.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s