Revue de presse

Entretien avec James Frey

Quelle a été la genèse de ce roman ?

Vers 2012 je me croyais fini pour l’écriture après avoir terminé un livre, donc j’ai arrêté. Puis, il y a deux ans, j’ai souffert d’une dépression brutale ; je faisais plein de choses, j’avais une boîte qui publiait beaucoup de livres, produisait des films, des séries télévisées et des jeux vidéo, mais j’étais malheureux. J’ai contacté un pote pour le lui raconter, il s’est moqué de moi, et m’a demandé d’où je lui téléphonais. « Du Connecticut », ai-je répondu. « Oh, a-t-il dit, dans ta grande maison ? » « Oui. » Il m’a demandé ce que je portais comme vêtements. Je lui ai répondu que je portais un pantalon de toile et un polo Lacoste. « Tu portes tes boucles d’oreilles ? As-tu déconné récemment ? » « Non. » « Tu es déprimé, m’a-t-il dit, parce que tu es un idiot. Tu es devenu tout ce dont tu te moquais auparavant, quand tu narguais des gens comme toi. » Il m’a conseillé de raccrocher, d’enfiler des vêtements normaux, de remettre mes boucles d’oreilles et d’écrire un livre, si cela devait me rendre heureux. Chose faite.

Vos « vêtements normaux » consistent en quoi ?

Ce que je porte aujourd’hui : un T-shirt et un pantalon de merde.

En attendant Nadeau

Trump is spinning out of control. We must stop pretending otherwise.

Trump is in so far over his head that he doesn’t know which way is up. He also is intellectually, psychologically and morally unsuitable for the high office he holds. Those two problems — incompetence and unfitness — reinforce one another in the worst possible way, and have sent the presidency into a tailspin that puts the nation and the world in mounting peril.

Impeachment is no longer optional, given what we already know about Trump’s dealings with Ukraine. But the prospect of facing a Senate trial — for which Majority Leader Mitch McConnell (R-Ky.) is already making plans — can only boost Trump’s anxiety. His outbursts and tweetstorms are becoming more frequent and less tethered to the world of facts, events and consequences. Madness is a term laypeople use, not doctors. We must use it now.

The Washington Post

En 1969, Bob Dylan est venu à Nashville pour faire quelques sessions de studio avec Johnny Cash. Bob y écrira de nombreuses chansons pour Johnny, notamment « Wanted Man », qui deviendra l’un des classiques du hors-la-loi de la country. 

Mais cette fois-ci, c’est une version démo avec Bob Dylan et Johnny Cash qui est proposée avec toute l’ambiance de leur rencontre en studio. On y entend même la femme de Johnny Cash, June Carter Cash, au début de la prise de son. La mélodie à la guitare et le rythme sont un peu différents de la version finale de Johnny Cash, ce qui fait ressortir le côté plus folk des compositions de Bob Dylan.

Cette chanson est le premier extrait du quinzième volume des bootlegs de Bob Dylan, qui est donc consacré à ses collaborations avec Johnny Cash sur la période 1967-1969. Intitulé « Travelin’ Thru », il sera disponible le 1er novembre.

Kombini

Cet article, publié dans actualités, Dylan, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Revue de presse

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s