Une page de publicité

Le quatrième volume du Journal de Jane est en téléchargement gratuit au format PDF sur le site des éditions du G.F.I.V.

Extrait (c’est la crise de 2008) :

mercredi 1 octobre

« Les places boursières rebondissent dans l’espoir d’un nouveau plan de sauvetage » (Le Monde). En matière d’intox, les stratégies rudimentaires utilisées pendant la guerre froide sont loin derrière nous. Aujourd’hui, on construit des récits avec des séquences, des surprises, des retournements de situation – comme à Hollywood. Plans sur des façades d’établissements financiers, traders speedés, écrans qui clignotent. La chute de l’économie spectaculaire-marchande n’est pas très télégénique pour l’instant. A suivre…

jeudi 2 octobre

Écouté l’intégrale de Tell Tale Signs. Pas désagréable du tout, ces chutes de studio. La demo de Most Of The Time semble sortie de Wold Gone Wrong (on mesure au passage le travail de production de Lanois sur Oh Mercy). Mais de là à ressortir le cliché de l' »America’s greatest living songwriter », il y a un pas. Le consensus qui s’est installé sur le sujet depuis quelques années commence à devenir pesant. Surestimé ? On peut se poser la question tant l’ampleur de la reconnaissance dépasse la mesure. J’ai apprécié d’entendre une voix s’élever dans le désert du conformisme ambiant. Hélas, l’argument utilisé pour relativiser le songwriting de Bob (les textes sont faibles parce qu’ils n’ont aucun sens) est un peu étroit.

vendredi 3 octobre

Les interprétations de la « grave crise financière » sont variées, mais il y a une constante : le sentiment d’une fin. Beaucoup veulent croire que c’est pour mieux repartir, encore plus fort. Si ça casse, ça risque de tanguer ; mais si ça passe, ce n’est guère mieux.

samedi 4 octobre

On se demande parfois comment se passait la vie quotidienne de ceux qui n’étaient pas directement exposés pendant les grandes secousses historiques. Nous connaissons maintenant la réponse : rien de spécial – si ce n’est, dans le fond (mais en continu), une légère vibration, grave et lugubre comme un solo de contrebasse.

Lien de téléchargement direct.

Cet article, publié dans livres, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Une page de publicité

  1. journaldejane dit :

    Il était question il y a peu de l’album blanc auquel je reprochais une certaine inégalité d’inspiration. Parmi les pépites, il y a ce titre de Lennon.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s