Lu

Impressionnante présence des souvenirs d’enfance et de jeunesse d’Henri Calet. Précision des sensations et constante impression de décalage (le fameux « sentiment de l’absurde »). Une douce ironie remplace les plaintes mais elle n’enjolive rien (misère, coups tordus, mort d’un ami). Lorsque le livre est refermé, on a envie de retrouver cette écriture discrètement poétique et on se dit qu’on a encore plein de romans signés Calet à déguster.

Henri Calet, La belle lurette (Gallimard)

Cet article, publié dans livres, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Lu

  1. Jules dit :

    Un régal à déguster à petite vitesse.

  2. Zorglub dit :

    Bienvenue au club…
    Il y a aussi « Le tout sur le tout » et « De ma lucarne »…
    Il se dégage toujours de ses textes une nostalgie et une infinie tristesse même si les événements racontés nous semblent inconnus…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s