Revue de presse

Lorsque les Américains ont appris, stupéfaits, samedi 10 août, que Jeffrey Epstein, le milliardaire new-yorkais accusé d’avoir organisé l’exploitation sexuelle de jeunes filles mineures, avait été retrouvé pendu dans sa cellule de Manhattan avant d’être déclaré mort, le prix Nobel 2008 d’économie Paul Krugman a résumé sur Twitter le sentiment dominant.

« Si nous vivions dans un univers de fantasme paranoïaque, je serais très méfiant sur le suicide d’Epstein, et même sur le fait de savoir si c’était réellement un suicide. » Et d’ajouter : « Et vous savez quoi ? Le cas Jeffrey Epstein montre que nous vivons dans une sorte d’univers de fantasme paranoïaque. » (le Monde)

A qui profiterait le suicide de Jeffrey Epstein? Selon les partisans des théories du complot, à de nombreuses personnalités publiques comme Bill Clinton ou le prince Andrew. Donald Trump, qui a été ami avec Jeffrey Epstein, et avait d’ailleurs évoqué son « goût » pour les femmes jeunes au début des années 2000, a retweeté le message d’un acteur américain, qui disait que le prédateur sexuel avait des informations sur Bill Clinton et sa famille. Sous-entendant là que l’ancien président américain avait un rapport avec la mort de Jeffrey Epstein. (France Soir)

Le scandale Epstein a surtout été relancé par Virginia Giuffre, 36 ans aujourd’hui, qui affirme avoir été approchée puis asservie sexuellement à l’âge de 16 ans alors qu’elle travaillait dans le complexe hôtelier de Donald Trump de Mar-a-Lago en Floride. Elle avait déposé plainte en 2009 contre Jeffrey Esptein et en 2015 contre Ghislaine Maxwell, accusée d’avoir joué un rôle majeur dans l’organisation de ce réseau. Selon le New York Times, la fille de l’ancien magnat de la presse, Robert Maxwell, était non seulement la maîtresse de Jeffrey Epstein, mais sa partenaire pour trouver et abuser de jeunes femmes recrutées au départ pour des massages. Elle est aujourd’hui en fuite, introuvable. (Mediapart)

Cet article, publié dans actualités, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Revue de presse

  1. journaldejane dit :

    Même si le fond de l’affaire est particulièrement glauque, il y a toujours la presse people pour nous faire sourire :
    « Ambiance glaciale au château de Balmoral, en Ecosse. Et ce n’est pas la météo qui est en cause. Impliqué dans l’affaire Jeffrey Epstein, pédophile retrouvé pendu en prison avant son jugement, le prince Andrew risque bien de pourrir l’été de ses parents, Elizabeth II et le prince Philip. Lui-même accusé d’abus sur mineures, le duc d’York, discrètement arrivé dans les highlands avec Sarah Ferguson, peut compter sur le soutien de sa mère. Bien plus intransigeant que la souveraine, le duc d’Edimbourg, 98 ans, ne décolèrerait pas. Fergie, qu’il déteste depuis l’embarras dans lequel elle a plongé la famille royale en folâtrant avec un amant au bord d’une piscine au début des années 90, a déjà fait ses valises. » Gala

    • journaldejane dit :

      L’une des victimes d’Epstein, Virginia Roberts, raconte avoir « été offerte à des politiciens, à des professeurs d’université, à des gens issus de la royauté ». Elle a également indiqué avoir eu des relations avec un membre de la famille royale britannique, un ancien professeur du MIT, un ancien sénateur du Maine, l’ancien gouverneur du Nouveau-Mexique, un avocat célèbre. Faute de preuves et de mise en accusation par la justice, nous ne publions pas leur nom.

      Jeffrey Epstein était aussi proche de Donald Trump, qui confiait en 2002 dans un entretien : « Je connais Jeff depuis quinze ans. Un type génial… C’est un plaisir de passer du temps avec lui. On dit même qu’il aime autant les jolies femmes que moi. Il les préfère plutôt jeunes. »

      Selon le New York Magazine, l’ancien président américain Bill Clinton aurait également embarqué plusieurs fois à bord d’un jet privé du financier. D’après la journaliste d’investigation Conchita Sarnoff, « Clinton a été invité 27 fois par Epstein (…) Presque chaque fois que le nom de Clinton est inscrit sur le journal de bord du pilote, des filles mineures le sont aussi. Il y a des initiales et beaucoup de noms de filles dans cet avion privé ». le Monde

  2. journaldejane dit :

    Pendant ce temps, chez nous…
    Mort de Steve : des témoins racontent l’opération policière
    Selon plusieurs témoignages recueillis par le « JDD », les policiers ont refusé de porter secours aux jeunes tombés dans la Loire dans la nuit du 21 juin.
    C’est le chaos qui a régné sur les bords de la Loire lors de la nuit de la Fête de la musique. Pour tenter de comprendre ce qu’il s’est passé à Nantes ce soir-là, le Journal du dimanche a épluché les témoignages de 148 personnes présentes sur les lieux. Pendant cette soirée du 21 juin 2019, Steve Maia Caniço a perdu la vie à la suite d’une opération policière controversée. Le rapport de l’IGPN a conclu qu’il n’y avait pas de lien entre cette disparition et la charge des forces de l’ordre.

    Pendant cette opération policière d’une vingtaine de minutes, 33 grenades lacrymogènes, 10 de désencerclement et 12 tirs de lanceurs de balle de défense ont été utilisés détaille le JDD. Dès le lendemain, l’association locale Média’SonToutes a commencé à recueillir méticuleusement les 148 témoignages, tous confirment le caractère soudain de la charge policière.
    Tous s’accordent sur une chose : la police n’a pas prévenu avant de lancer les grenades lacrymogènes sur la foule. « La musique est coupée un court instant, le public proteste gentiment, comme ça se fait dans tout concert. Puis un petit Bérurier Noir se fait entendre, sur une tonalité très basse. Et là, sans sommation, des gaz partout. À la fois d’au-dessous et d’au-dessus », rapporte un témoin. Les personnes présentes décrivent « une scène de panique », des gens « terrifiés » et « affolés ».

    Plus loin, des témoignages racontent que les policiers ont commencé à « charger depuis la route vers le quai, laissant comme seule échappatoire la Loire », comme s’ils étaient « du bétail ». De plus, plusieurs témoins ont confié avoir vomi sous l’effet des gaz ou avoir ressenti des brûlures aux yeux ou à la gorge.
    Comme le rapporte le JDD, 18 des 148 témoins affirment avoir vu des jeunes tomber à l’eau. Et les policiers ne les auraient pas secourus. « Quand on est allés voir la police pour leur dire qu’il y avait des gens à l’eau, on s’est fait envoyer balader : Cassez-vous ou on vous embarque », rapporte un témoin. Des propos confirmés par un autre : « On était une dizaine près de l’eau, on suivait un mec qui se débattait dans la flotte. On est allés voir les flics pour qu’ils nous aident, ils ont répondu texto : C’est pas notre boulot, c’est celui des pompiers. »
    le Point

    • journaldejane dit :

      Et là, le troll macronien vient expliquer que lui seul se soucie vraiment des victimes et qu’il ne voit pas en quoi le fait de ne pas croire aveuglément à la version de l’IGPN relayée par le gouvernement vient en aide à ceux qui se sont fait attaquer sur le quai de la Loire 🙂

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s