Revu

The Beatles: Eight Days a Week, Ron Howard (2016). L’occasion de replonger dans la folie des sixties. A chaque fois, on peine à mesurer l’ampleur du délire provoqué par les quatre garçons. Comme il est dit dans le film, ils n’étaient pas dans le vent, ils étaient le vent. Et les filles étaient touchées de plein fouet. Impressionnant, à quel point tous les quatre réussissaient à conserver leur cool en restant soudés, en grande partie grâce à leur humour british. Peut-être moins surprenant, mais néanmoins remarquable, de constater que la musique était en place dès le début et les chansons d’une efficacité diabolique dès 64. A mon humble avis, ils ont atteint leur apogée vers 65/66 puis ont lentement commencé à dériver avant de sombrer, avec bien sûr des éclair de génie ici ou là.

Cet article, publié dans cinéma, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Revu

  1. Victor Blezel dit :

    Vous avez raison : diablement efficace dès le début ; mais je dirais plutôt : dès 62-63, c’est d’une efficacité redoutable, absolument incroyable. Mais pour vous ça dégénère partir de 1966 ? Vous réécoutez de temps en temps l’album blanc, par exemple ? Et Sergent Pepper ? Et Abbey Road ?
    C’est de la dégénérescence ? Vous plaisantez je suppose.

    • journaldejane dit :

      Vous avez raison pour les dates du décollage. Je réécoute les albums cités, bien sûr. Ils ne sont pas mauvais, loin de là. Ce que je voulais pointer avec cette formule un peu provo, c’est ce moment où la magie commence à s’envoler, un truc inexplicable qui imprègne chaque titre de Rubber Soul et Revolver et qui est le vrai sujet de ce documentaire.

  2. René Claude dit :

    Tsss ! « The White Album », « Abbey Road », des chefs-d’œuvre qui annoncent dix ans de rock comme le fera « London Calling » du Clash dix ans plus loin.

    • journaldejane dit :

      Sorry, quand j’ai envie d’une bonne infusion de Beatles energy, je mets Help ou le merveilleux Rubber Soul. Si je veux savourer des arrangements plus sophistiqués, c’est Revolver (leur vrai chef-d’œuvre). Avantage : pas de titres à sauter, à la différence du double blanc où, pour un Sexy Sadie, il faut s’envoyer l’horrible Ob-La-Di, Ob-La-Da ou l’indigent Rocky Raccoon… Quand à Abbey Road, à part Come Together et Here Come The Sun, je le trouve ennuyeux.

  3. Jacques d. dit :

    Et si le meilleur des Beatles était tout bonnement (voire uniquement) l’accord de piano clôturant « a day in the life », mayonnaise sonique de près d’une minute montée à la force du poignet des membres du groupe et, surtout, grâce à l’imagination fertile des ingénieurs du son mobilisés pour l’occasion… Le truc imparable à l’époque, pont jeté par la production entre Xenakis, « pet sounds » et les futurs outrages sonores du New York des années 80… Plus de « let it be », de « obladi blada » ou de « sous marin jaune » pour fin de concert des Compagnons de la Chanson mais une sorte de coup de poing sur la table ou dans la gueule, au choix.
    Le drame, souvent, avec l’écoute des Beatles, c’est qu’on y entend déjà Laurent Voulzy et ça..!

  4. Jacques d. dit :

    Autre « preuve à charge » (?) dans le (lourd) dossier Beatles, l’impayable « Michelle ». Qu’on en juge :

    « Michelle, ma belle
    These are words that go together well
    My Michelle
    Michelle, ma belle
    Sont les mots qui vont très bien ensemble
    Très bien ensemble
    I love you, I love you, I love you
    That’s all I want to say
    Until I find a way
    I will say the only words I know that you’ll understand »

    Paroles (et musique ensemble… « très bien ensemble » !) qui feraient presque passer Didier Barbelivien pour le Samuel Beckett de Radio Nostalgie.
    « That’s all i want to say » moi itou !

  5. Jacques d. dit :

    A ce propos, je me demande quel est le titre des Beatles préféré de « l’accro au 2 temps » fameux… quoique, starter huppé, je le sente plutôt Village People, Sabine Paturel, Stéphanie de Monaco… les Tubes de Donna Summer par la Musique de la Garde Républicaine ???

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s