Revue de presse

Fête de la musique à Nantes : « aucune charge » pour « repousser les jeunes vers la Loire », selon la police

Le directeur adjoint de la police à Nantes a assuré mercredi 26 mai qu’« aucune charge » n’a été menée pour « repousser les jeunes vers la Loire » lors de la Fête de la musique, marquée par la disparition d’un jeune homme sur fond d’intervention policière controversée. « A aucun moment il n’y a eu de charge de policiers avec pour objectif de repousser les jeunes en direction de la Loire », a déclaré Thierry Palermo, directeur départemental adjoint de la sécurité publique (DDSP) de Loire-Atlantique, lors d’une conférence de presse. (france info avec AFP)

Nantes : après la violente charge policière, la riposte judiciaire s’organise

Sur la centaine de témoignages reçus par le collectif Média’son, «90 personnes indiquent leur intention de porter plainte», précise à Libération l’avocate Marianne Rostan, qui est en contact avec l’association. Pour elle, qui est habituée à défendre des participants ou des organisateurs de fêtes, «l’idée c’est de ne pas se précipiter». Média’son reprend actuellement contact avec les potentiels plaignants, pour qu’ils confirment leur volonté d’engager des poursuites. «Je ne sais pas encore ce qui relève d’infractions pénales, ajoute Marianne Rostan. Mais je pense qu’on peut au moins sans difficulté s’orienter vers une plainte pour « mise en danger de la vie d’autrui ».» (Libération)

Deux vérités incompatibles. Quelqu’un ment. Oui, mais qui ?

En même temps, mentir, c’est pas très grave.

Affaire Benalla : le directeur de cabinet de Macron, Patrick Strzoda, blanchi des soupçons de faux témoignage

Dans un communiqué publié jeudi 27 juin, Rémy Heitz, le procureur de Paris, a expliqué que le directeur de cabinet avait bien fait, devant les sénateurs, « une description incomplète des attributions d’Alexandre Benalla au cours de son audition du 25 juillet 2018 ». Patrick Strzoda avait assuré que l’ex-chargé de mission, accusé d’avoir molesté des manifestants le 1er mai 2018 place de la Contrescarpe à Paris, n’exerçait que des fonctions restreintes au sein du palais présidentiel, minimisant la place manifestement très importante que le jeune homme de 26 ans avait prise dans le dispositif élyséen. Le parquet a cependant fait valoir que le directeur de cabinet avait également remis au Sénat, le 10 octobre, une note décrivant de manière exhaustive, cette fois-ci, les missions de M. Benalla.

Trop cool !

 

 

Cet article, publié dans actualités, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

16 commentaires pour Revue de presse

  1. Anonyme dit :

    Des deux trompettes de Fama … Sentiment d’un concert de courtes

    • Anonyme dit :

      « Evidemment, vu l’heure tardive, la peur et la confusion qui règne, les images ne sont pas en haute définition, ni parfaitement cadrées » Faut-il en rire ?

      • journaldejane dit :

        On peut rire de tout, comme par exemple de la « transparence » façon Castaner.
        « Le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a assuré mercredi devant l’Assemblée nationale qu’il ferait «toute la transparence» sur l’intervention de la police sur le quai Président-Wilson à Nantes, le 22 juin. Pour l’heure, c’est pourtant impossible. En faisant le choix de saisir seulement l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) d’une enquête administrative, le ministère a, de fait, verrouillé les investigations. La police des polices ne dispose effectivement d’aucun pouvoir de contrôle de l’autorité préfectorale, pourtant responsable de l’opération de maintien de l’ordre en cause. » Libération

  2. Anonyme dit :

    Ne reste plus qu’à dédier la cause au souvenir de la liberté dont profitaient nos grand-mères et dont nous, leurs descendants, manquons tant aujourd’hui : la liberté ou la mort [tag] ; easy there

  3. Anonyme dit :

    « La police des polices ne dispose effectivement d’aucun pouvoir de contrôle de l’autorité préfectorale »
    Sans être un spécialiste, on remarque d’emblée l’incompétence notoire de l’auteur de cette remarque ; la police devrait ainsi exercer un pouvoir de contrôle sur l’autorité administrative laquelle est supposée représenter la société, toi et moi, quoi ?? Bref, plus c’est confus et touffu, plus les préjugés l’emportent : où va se loger la macronie.

  4. Anonyme dit :

    @ pouvoir de contrôle de l’autorité préfectorale
    L’abus de pouvoir est « contrôlable » par tout un chacun ; de toutes les grandes gueules qui s’expriment, il n’y en a pas une seule, pas même un baveux ambitieux, pour tenter de faire valoir les droits des victimes de tant d’abus manifestes ? Pas même un baveux commis d’office ?

  5. Anonyme dit :

    Et c’est à ce point critique que les petits rapporteurs atteignirent Lattaignant

    Le mot et la chose

    Madame quel est votre mot
    Et sur le mot et sur la chose
    On vous a dit souvent le mot
    On vous a fait souvent la chose
    Ainsi de la chose et du mot
    Vous pouvez dire quelque chose
    Et je gagerais que le mot
    Vous plaît beaucoup moins que la chose
    Pour moi voici quel est mon mot
    Et sur le mot et sur la chose
    J’avouerai que j’aime le mot
    J’avouerai que j’aime la chose
    Mais c’est la chose avec le mot
    Mais c’est le mot avec la chose
    Autrement la chose et le mot
    A mes yeux seraient peu de chose
    Je crois même en faveur du mot
    Pouvoir ajouter quelque chose
    Une chose qui donne au mot
    Tout l’avantage sur la chose
    C’est qu’on peut dire encore le mot
    Alors qu’on ne fait plus la chose
    Et pour peu que vaille le mot
    Mon Dieu c’est toujours quelque chose
    De là je conclus que le mot
    Doit être mis avant la chose
    Qu’il ne faut ajouter au mot
    Qu’autant que l’on peut quelque chose
    Et que pour le jour où le mot
    Viendra seul hélas sans la chose
    Il faut se réserver le mot
    Pour se consoler de la chose
    Pour vous je crois qu’avec le mot
    Vous voyez toujours autre chose
    Vous dites si gaiement le mot
    Vous méritez si bien la chose
    Que pour vous la chose et le mot
    Doivent être la même chose
    Et vous n’avez pas dit le mot
    Qu’on est déjà prêt à la chose
    Mais quand je vous dis que le mot
    Doit être mis avant la chose
    Vous devez me croire à ce mot
    Bien peu connaisseur en la chose
    Et bien voici mon dernier mot
    Et sur le mot et sur la chose
    Madame passez-moi le mot
    Et je vous passerai la chose.

  6. journaldejane dit :

    « J’aimerais qu’on écoute le secrétaire général adjoint du syndicat Alliance à Nantes. » Il raconte : « On leur demande de couper le son. Ils obtempèrent dans un premier temps, quand on tourne les talons, ils remettent la musique. » Les fourbes. « On retourne les voir et là ça dégénère, on essuie une pluie de projectiles. Une centaine de projectiles. On jette des grenades lacrymogènes pour nous permettre de nous retrancher et de nous équiper. » En grenades et en LBD, omet-il de préciser. « Et puis on va chercher les gens qui nous jettent des pierres et on essaie de les interpeller. » A coups de grenades et de LBD. Et c’est là qu’une quinzaine de personnes fatiguées d’avoir dansé toute la nuit décide d’aller se baigner pour se rafraîchir.
    Fermez le ban.
    https://www.telerama.fr/television/la-fete-de-la-musique-tourne-au-drame-sur-cnews,-richard-ferrand-a-la-fete-sur-bfmtv,n6314517.php

    • Anonyme dit :

      “(…) la télé « réellement existante », celle qui occupe la majorité du temps d’antenne et rassemble les plus larges audiences, est aux antipodes des valeurs de « rigueur dans le traitement de l’information » et de « respect de la dignité de la personne humaine » qu’est censé promouvoir le Conseil supérieur de l’audiovisuel.
      Simpliste, démagogue et servile, souvent raciste et sexiste, cette télévision dessine un monde effrayant où le culte d’un passé fantasmé voisine avec un scientisme échevelé, où l’on promeut la charité en vilipendant les assistés. Où les faits divers, avec la ritournelle de l’« immense émotion suscitée par ce drame », servent de tremplin à des discours extrémistes. Où la tyrannie des émotions règne sans pitié, la plus primale, la peur, restant mobilisée comme jamais. (…)”
      https://editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Ma_vie_au_poste-9782707192417.html

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s