Vu

Rolling Thunder Revue: A Bob Dylan Story, Martin Scorsese

Je ne suis pas en mesure de décortiquer les émotions ressenties en voyant le film. It’s just too much, comme chantait l’autre. No Direction Home, le précédent essai, avait comme  principal défaut de brasser trop large. A vrai dire, c’était mission impossible. La seule solution valable aurait été de confier à Pennebaker le soin de monter lui-même ses images ce qui aurait permis de focaliser le film sur la tournée 66. Ici, rien ne dépasse du cadre de la tournée de 75. La tournée fut un tel évènement que personne n’a compris sur le coup ce qui se passait, excepté les participants et les heureux membres du public. Grâce au film, nous pouvons enfin prendre la mesure de cette utopie réalisée.

P.S. : il y a débat dans la presse anglo-saxonne au sujet des éléments de fiction introduits en contrebande dans les entretiens. L’idée est assez amusante et typiquement dylanienne, mais il s’agit aussi d’une perte de temps pendant lequel le spectateur aurait pu profiter de ce précieux matériel. On aurait préféré d’autres extraits de concerts, d’avantage de scènes backstage comme la jam improvisée avec Joni Mitchell.

 

 

Cet article a été publié dans cinéma, Dylan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Vu

  1. Anonyme dit :

    Quel dommage que ce soit fake, j’aurais bien vu la Zim assister à un concert de Kiss !

  2. journaldejane dit :

    Et inviter la très jeune Sharon Stone à suivre la tournée ?

  3. Anonyme dit :

    “Fake pour de vrai”
    Tout Dylan après cette tournée ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s