Vu

The Last Picture Show, Peter Bogdanovich (1971)

Là, on est dans le cycle « New Hollywood ». J’ai une petite liste de chefs-d’œuvre de cette période bénie (fin des années 60, début des années 70). The Last Picture Show figure en bonne place parmi les grandes réussites de l’époque.

C’est un film sur la nostalgie du temps passé, sur la fin de l’adolescence, le passage du temps, ce genre de choses universelles qui évoquent des expériences personnelles intimes. A un moment, dans la dernière saison de Twin Peaks, il y a un flashback en noir et blanc sur une station service ; l’image a exactement le même grain de pellicule un peu moucheté. C’est ainsi que se présentent les images des souvenirs. Le film suit un adolescent dans un bled perdu du Texas. Au début, il est est plein d’énergie. C’est le temps des découvertes pour lui et son copain, surtout dans le domaine de la sexualité qui les obsède pas mal. Mais les amis en viendront à se battre à cause de la plus belle fille du coin. L’âge d’or de l’innocence commence alors à se fissurer. Lors d’une virée au bord d’un lac, Sam, le père de substitution du jeune Sonny, évoque longuement une histoire d’amour qu’il n’a jamais oubliée. Le temps continue à passer. Le vieux Sam meurt, la belle fille part à la grande ville suivre ses études, les femmes qui ont raté leur vie continuent comme avant et le copain, qui a le cœur brisé, part pour la Corée. Lorsque son car disparaît dans la rue centrale, Sonny reste seul. C’est fini. Les belles années ont passé à toute allure et un des plus beaux films sur la fin de la jeunesse se termine.

P.S. : A chaque fois qu’il y a une radio ou un juke box, on entend de la Country, le plus souvent du Hank Williams. Les thèmes des chansons font écho à ce que ressentent les personnages.

Cet article, publié dans cinéma, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Vu

  1. Jacques d. dit :

    « Twin Peaks » ? Pourquoi pas. Mais (au-delà même de la station service), en effet, il y a là des similitudes, tous les teen age movies n’en regorgent pas, mais entre ces deux-ci ils ont ce drôle de « mood » en commun. Cybill Shepherd fait assez actrice lynchienne… avant l’heure.
    Puisque l’on est chez Bogdanovitch, il y a ce « Saint Jack » avec Ben Gazzara, étonnant. Le « meurtre d’un bookmaker chinois » mais qui aurait été co-réalisé par Friedkin ?

  2. Anonyme dit :

    Lost Highway ?

  3. Jacques d. dit :

    Palmer… avec majuscule, Laura le méritant bien.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s