Lecture

Denis Grozdanovitch, Dandys et excentriques. Les vertiges de la singularité (Grasset)

J’aime bien les dimanches pluvieux ; on a une bonne excuse pour rester dans son fauteuil avec un bon livre et un fond musical cool. Comme cet auteur prône avec constance le slow down, on est raccord avec ce qu’on lit. On se sent légitimé tout en savourant en toute discrétion le sentiment d’être délicieusement minoritaire, à contre courant. C’est le thème que développe Denis Grozdanovitch à partir d’exemples rencontrés dans sa vie ou dans les livres. Entre le dandy classique qui en fait des tonnes pour attirer l’attention et l’excentrique qui ne fait pas exprès d’être complètement barré, il y a le « dandysme minimal » de celui qui choisi la fuite, le retrait, en pratiquant l’art de vivre selon ses propres principes.

Cet article, publié dans citations, livres, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Lecture

  1. jean TIENHAIN dit :

    Ce genre de littérature demande une somme de travail conséquente qui est en contradiction avec ce qu’elle vante et qui sert de paravent à son auteur. C’est pas avec du bâclé que Grasset vous édite…

    • journaldejane dit :

      Sans être bâclé, le livre enchaine assez librement les associations d’idées, souvenirs de rencontres, notes de lecture. Cette méthode « buissonnière » se veut en accord avec la thèse défendue par l’auteur.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s