Note sur la critique rock américaine

La découverte de l’existence des critiques rock américains reste liée pour moi à un lieu précis : la librairie Un regard moderne rue Gît-le-Cœur, lieu que je fréquentais assidument dans les années 90. Dans le local exigu rempli de colonnes de livres, il y avait un coin réservé aux livres de ces journalistes interviewés par Maud Berthomier. Les ouvrages étaient en anglais. Les traductions françaises de Hellfire et Dino de Tosches sont parues en 2001 ; idem pour Mystery Train qui m’attirait beaucoup. Le libraire m’avait dit sur un ton d’initié que le livre de Greil Marcus que je feuilletais avec ardeur était « en traduction ». Je n’avais pas eu la patience d’attendre et je l’avais acheté dans la version originale. Je n’ai pas tout compris littéralement mais, comme pour les textes des chansons, je pense avoir capté l’essentiel.  Par la suite, de plus en plus de livres sont devenus accessibles en français. Le Greil Marcus est en folio. C’est pratique, mais une partie de la magie s’est envolée.

La couverture est de l’artiste Ray Johnson.

Cet article a été publié dans art contemporain, livres, Rock & Roll. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s