Vu

Un monde sans femmes, Guillaume Brac (2012)

Qui avait montré les « gilets jaunes » au cinéma ? Je me suis posé la question lorsque le mouvement est apparu et qu’on a commencé à s’interroger sur cette population « périphérique », « rurale », « invisible », etc. J’ai l’impression qu’on ne les voit pas souvent dans les films du cinéma français (dans les romans peut-être un peu plus). C’est probablement ce que veut laisser entendre Godard lorsqu’il déclare vouloir faire un film sur « la France des gilets jaunes ». Un monde sans femmes répond un peu à ce cahier des charges anticipé et il le fait avec justesse. Il est vrai que ces personnages ternes, avec des vies plates et des loisirs de beaufs, coincés sexuellement, pas doués pour décortiquer leurs états d’âme, ce n’est pas très glamour. Guillaume Brac parvient à porter sur eux un regard plein d’empathie sans jamais être complaisant. Il a également le talent de couper les scènes au moment où le malaise commence à s’installer. Au final, un chouette petit film (il s’agit d’un moyen métrage réalisé avec peu de moyens) qui me fait penser au Pascal Thomas des débuts.  Voilà qui donne envie de continuer notre cycle « films de plage ».

Cet article a été publié dans cinéma. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s