Un peu de poésie

Les quatrains d’Emily Dickinson étaient souvent insérés dans ses lettres. On vient justement d’éditer la correspondance du poète. Dans la recension que lui consacre EaN, on trouve une brève présentation de cette femme mystérieuse : « Sa biographie ne comporte presque rien. Elle naît à Amherst, petite ville à 150 km de Boston, la quitte à 18 ans pour une année de pensionnat, pas plus, l’étude surexcite son esprit, et l’hystérie des femmes inquiète cette société. Après 1860, elle ne sort plus de chez elle, pas même pour enterrer son père. Elle écrit. Des lettres, qu’elle envoie (ou non, du reste), et des poèmes que sa sœur Lavinia recueille après sa mort. Une nièce, des amis commencent la publication de florilèges : ainsi se constitue un poète majeur. »

Cet article, publié dans livres, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Un peu de poésie

  1. Anonyme dit :

    Exactement ce que je recherchais aujourd’hui.
    Many thanks

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s